17/06/2024
INTERNATIONAL

France: La dette publique n’a pas augmenté au troisième trimestre

La dette publique française s’est stabilisée à 111,7% du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre 2023, annonce ce vendredi l’institut national de statistiques. Un chiffre similaire au trimestre précédent. Si cette nouvelle est encourageante, l’économie française demeure fragile, avec un niveau d’endettement de l’Etat élevé et des perspectives de croissance timides.

Une nouvelle plutôt positive pour l’économie tricolore. La dette publique de la France s’est stabilisée à 111,7% du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre, comme au trimestre précédent, annonce ce vendredi l’Insee. Entre juillet et septembre, la dette a ainsi augmenté de 41,3 milliards d’euros pour atteindre 3.088,2 milliards d’euros.

La hausse de la dette en valeur absolue provient essentiellement de l’augmentation de la dette de l’Etat (+45,3 milliards d’euros). La dette des organismes divers d’administration centrale s’est repliée de 1,3 milliard d’euros, celle des collectivités locales de 1,1 milliard d’euros et celle des administrations de sécurité sociale de 1,6 milliard.

L’institut national de statistiques précise aussi que le niveau d’endettement pour le deuxième trimestre a été revu en légère baisse à 111,7% contre 111,8% annoncés précédemment. Entre avril et juin de cette année, la dette avait augmenté de 34,5 milliards d’euros pour atteindre 3.046,9 milliards d’euros. Néanmoins, en pourcentage, elle était moins élevée que les 112,5% du trimestre précédent (de janvier à mars 2023).

Bataille du gouvernement pour faire des économies

Dans sa loi de programmation des finances publiques fixant la trajectoire budgétaire de la France jusqu’en 2027, adoptée en septembre au Parlement grâce à l’article 49.3 de la Constitution, le gouvernement prévoit de ramener la dette à 108,1% du PIB à cette échéance et le déficit public à 2,7% du PIB, contre 4,9% prévus cette année. Une trajectoire « peu ambitieuse » et basée sur des hypothèses de croissance « optimistes », avait critiqué le Haut conseil des finances publiques (HCFP) lundi 25 septembre.

Le gouvernement souhaite faire des économies, car l’Etat est confronté à un effet boule de neige sur sa dette qui devrait largement augmenter en valeur l’année prochaine. Bercy compte lever 285 milliards d’euros de dette sur les marchés financiers en 2024. Cela dépasse le précédent record de 270 milliards d’euros en 2023, selon les calculs de l’Agence France Trésor. Jamais la France n’aura autant emprunté que ce qu’elle prévoit de faire l’an prochain pour financer le train de vie de l’Etat.

Car, si les besoins de financements de l’Etat seront moins importants en 2024 qu’en 2023, ce dernier va devoir rembourser des échéances plus élevées : 160,2 milliards en 2024 à comparer avec les 149,6 milliards de l’année 2023. Ainsi, la charge budgétaire de la dette devrait augmenter de 52,2 milliards d’euros en 2024 a indiqué l’AFT.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *