16/04/2024
ANALYSE

Analyse: La chute de la Silicon Valley Bank élargit les fissures systémiques alors que l’argent bon marché disparaît

Des fissures apparaissent dans le système financier mondial à mesure que l’ère de l’argent bon marché, qui a duré une décennie, prend fin. Certains investisseurs craignent que l’effondrement de la Silicon Valley Bank ne signale que les marchés mondiaux sont peut-être à la veille d’une prise de conscience.

Au cours de l’année écoulée, la Réserve fédérale américaine a lancé son cycle de hausse des taux d’intérêt le plus agressif depuis le début des années 1980 et d’autres banques centrales l’ont rejointe, laissant les investisseurs mondiaux face à toute une série de conséquences.

Ils ont assisté au plus long repli des actions technologiques depuis la bulle Internet au tournant du millénaire, à un effondrement du secteur des cryptomonnaies, à une ruée sur les fonds immobiliers américains et britanniques et à une intervention de la Banque d’Angleterre pour éviter une quasi-faillite des fonds de pension britanniques.

Après la deuxième plus grande faillite bancaire de l’histoire des États-Unis vendredi, les acteurs du marché craignent que d’autres disruptifs se profilent à l’horizon, alors que la montée des taux d’intérêt coupe l’accès à l’argent bon marché et expose les vulnérabilités de l’économie.

De grands investisseurs comme Kyle Bass et Bill Ackman soutiennent que le gouvernement doit prendre des mesures rapides pour éviter que l’effondrement de la Silicon Valley Bank ne déclenche des retraits plus généralisés dans le système bancaire.

Jusqu’à présent, la douleur a été largement ressentie par les investisseurs et les institutions qui ont fait des paris risqués. Il reste à voir si la douleur s’étend à d’autres et si une nouvelle crise émerge. Cela pourrait dépendre de l’intensité avec laquelle les banques centrales du monde entier continueront à relever les taux d’intérêt.

« Lorsque vous vous engagez de manière aussi agressive dans une manœuvre de hausse après avoir créé autant d’inflation, vous allez casser quelque chose », a déclaré Kyle Bass, fondateur et directeur des investissements de Hayman Capital Management.

« Et ce qu’ils (la Fed) vont apprendre, c’est que la rapidité avec laquelle ils ont augmenté les taux est aussi imprudente que la rapidité avec laquelle ils ont imprimé de l’argent », a déclaré l’investisseur, qui n’a pas de position dans SVB.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a réaffirmé mercredi son message en faveur de hausses de taux plus importantes, tout en soulignant que le débat était toujours en cours, en fonction des données à venir. Les responsables américains ont également affirmé que le système bancaire était robuste.

Malgré cela, les signes de malaise sur les marchés se sont multipliés ces derniers jours : le S&P 500 a chuté de 4,6 % cette semaine, effaçant presque ses gains de l’année, tandis que l’indice de volatilité Cboe, connu comme la jauge de la peur à Wall street, a bondi à son niveau le plus élevé en 3 mois. Les rendements des bons du Trésor à deux ans ont connu leur plus forte chute depuis la crise financière de 2008. Cela suggère une fuite vers la sécurité parmi les investisseurs, ainsi que des paris sur le fait que la détresse économique pourrait forcer la Fed à assouplir ou à inverser son resserrement agressif.

L’administration américaine a déclaré qu’elle ne voyait que peu de signes d’une crise financière du type de celle de 2008, dans laquelle les institutions en difficulté menaçaient d’en entraîner d’autres dans leur sillage. La secrétaire d’État au Trésor, Janet Yellen, et la Maison-Blanche ont toutes deux souligné que le système bancaire américain était plus résistant qu’il ne l’était lors de la crise financière de 2008.

Le marché signale que la contagion pourrait entrer en ligne de compte dans le calcul de la Fed, l’incitant éventuellement à ralentir le rythme des hausses de taux d’intérêt. Les investisseurs évaluent désormais à 38 % la probabilité que la Fed relève ses taux d’intérêt de 50 points de base dans le courant du mois, contre 68,3 % la veille.

« La Fed resserre normalement ses taux jusqu’à ce que quelque chose se brise », a déclaré Jack McIntyre, gestionnaire de portefeuille chez Brandywine Global.

Les régulateurs bancaires californiens ont fermé la Silicon Valley Bank vendredi après que la banque, qui possédait 209 milliards de dollars d’actifs à la fin de l’année 2022, a connu une ruée, les déposants retirant jusqu’à 42 milliards de dollars en une seule journée, ce qui l’a rendue insolvable.

À l’instar de la crise des fonds de pension britanniques en septembre, l’entreprise semblait être du mauvais côté de la hausse des rendements, ce qui l’exposait au risque de taux d’intérêt et l’empêchait de faire face à ses engagements.

Les investisseurs ont cherché des faiblesses ailleurs et ont fui d’autres banques où ils percevaient des risques. L’indice KBW Bank a chuté de plus de 10 % au cours des deux derniers jours, sa pire baisse depuis mars 2020.

Certaines banques se sont empressées de rassurer. Les créanciers américains First Republic Bank et Western Alliance ont publié des communiqués pour dire que les liquidités et les dépôts restaient solides, alors même que les actions des deux sociétés ont chuté de plus de 14% vendredi. La banque allemande Commerzbank, quant à elle, a déclaré qu’elle ne voyait pas de « risque correspondant » pour elle-même le jour où ses actions ont chuté de 2,6 %.

« Le risque de contagion découlant de l’effondrement de SVB Financial a déclenché une tendance à vendre maintenant, à poser des questions plus tard, pour les actions », a déclaré Adam Turnquist, stratège technique en chef de LPL Financial. Il a fait remarquer que moins de la moitié des entreprises de l’indice Standard & Poor’s 500 se négociaient au-dessus de leur moyenne mobile à 200 jours, ce qui représente une forte baisse par rapport aux 79 % enregistrés en février.

Le Silicon Valley Financial Group était profondément ancré dans le tissu de l’industrie technologique. Il était une source de financement pour les startups et un fournisseur populaire de traitement des salaires et de gestion du patrimoine personnel.

Les données réglementaires montrent que 89 % des 175 milliards de dollars de dépôts de la banque n’étaient pas assurés à la fin de l’année 2022, et des milliards ont été bloqués pendant que les régulateurs essayaient de trouver un acheteur.

Les retombées ont touché un certain nombre d’entreprises qui faisaient des affaires avec la banque. La dernière en date, Stablecoin USD Coin (USDC), a perdu son ancrage au dollar et s’est effondrée à un niveau historiquement bas après que Circle, l’entreprise américaine à l’origine de la pièce, a révélé qu’une grande partie des réserves qui la soutenaient étaient détenues à la Silicon Valley Bank.

La faillite de la banque augmentera probablement les pressions exercées sur les entreprises pour qu’elles deviennent rentables, mettant fin à une époque où les investisseurs étaient prêts à supporter des années de pertes dans le but d’accroître leur part de marché.

M. Bass et M. Ackman ont séparément averti que le gouvernement devrait agir rapidement pour résoudre le problème de la Silicon Valley Bank afin de rassurer les déposants.

« Les conséquences imprévues de l’incapacité du gouvernement à garantir les dépôts de la SVB sont vastes et profondes et doivent être prises en compte et traitées avant lundi », a écrit M. Ackman dans un tweet samedi.

« S’ils ne le font pas d’ici demain, nous avons un problème systémique », a déclaré M. Bass lors d’une interview accordée à Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *