21/04/2024
REGIONS

La pénétrante port de Bejaia-Ahnif (Bouira) fonctionnelle fin juin

Le ministre des Travaux publics et des Infrastructures de base, Lakhdar Rakhroukh, a indiqué, mardi à Bejaia, que la pénétrante devant relier Bejaia et Ahnif (Bouira), siège de la jonction avec l’autoroute Est-Ouest, sera ouverte et mise en service dès la fin du mois de juin prochain.

Passant en revue une large partie du projet, notamment les tronçons stratégiques, de surcroit en butte à quelques contrariétés, le ministre s’est dit confiant quant à sa livraison dans ce nouveau délai imparti, se montrant ferme avec ses responsables pour être au rendez vous. « On va veiller à ce que ce soit fait », a-t-il assuré.

L’effort attendu se focalise essentiellement sur le tronçon Takérietz-Timezrit, ou s’y réalise des pont-route et un tunnel, arrivé à une phase d’équipement. Sinon, le lot route est quasiment achevé, donnant ainsi l’opportunité aux conducteurs de travaux, d’envisager d’ores et déjà la mise en œuvre d’autres ouvrages d’arts associé, notamment les échangeurs, prévus à hauteur d’une part de la localité de Tala-hamza, à six km de Bejaia, attendu pour réguler la circulation au profit de trois routes nationales que sont la 75 (Bejaia-Sétif par le sud), la 12 (Bejaia-Tizi-Ouzou) et la 09 (Bejaia-sétif par le flanc Est) d’autre part, celle de Oued-Ghir, à 11 km à l’ouest de Bejaia, devant réaliser la jonction avec la RN.26 (Bejaia-Bouira) et la 12 (Bejaia-Tizi-ouzou par El-kseur).

Les travaux vont être entamés parallèlement à la poursuite de ce qui reste à faire, souligne le ministre, insistant tout particulièrement sur le lot route, de sorte, dira-t-il à « mettre fin au calvaire des automobilistes entre Sidi-Aich et Takérietz, en permanence congestionné par les usagers passant par la RN.26 sur une distance de 05 km ».

Le projet, entamé en avril 2013, a connu de considérables retards dus à de contraintes diverses, notamment, celles inhérentes aux ruptures de financement, à la topographie et aux considérations géotechniques des sols et aux oppositions des riverains. Néanmoins, quelques 70 km, ont pu jusqu’à maintenant être livrés et mis en service graduellement depuis 2017.

Durant ce crochet à Bejaia, le ministre en a profité pour passer, en revue également, les chantiers visant le dédoublement et l’électrification de la voie ferrée entre Bejaia et Beni-Mançour, sur 87 km. Actuellement, les travaux se focalisent essentiellement sur la réalisation des ouvrages d’art.

Les deux projets demeurent intimement liés, notamment dans la perspective de l’entrée en production du gisement de plomb et Zinc d’Amizour, dont ils vont servir d’appoint stratégiques pour le dégagement des deux minerais vers le port de Bejaia.

L’occasion de cette visite a par ailleurs permis de constater de visu un autre projet, que d’aucuns considèrent grandiose. Il s’agit de l’agrandissement et de la modernisation de la route des gorges de Kherrata sur 7,6 km. Le projet, taillé sur la roche, au milieu d’un décor naturel sublime, et qui a nécessité pour se faire une technologie rare, est arrivé à maturité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *