25/05/2024
ACTUALITEFINANCE

Ministère des Finances: L’effacement de la dette interne n’est pas «envisagé»

Le directeur général du Trésor  et de la gestion comptable des opérations financières de l’Etat, Hadj Mohamed Seba, a précisé dimanche à Alger que l’effacement de la dette publique interne n’est à l’ordre du jour actuellement.

Il a indiqué que la dette publique qui représente 47% du PIB n’est pas inquiétante, d’autant plus que les normes internationales sont entre 60-65% du PIB. Donc, « nous avons encore de marge de manœuvre de 15 % pour recourir à l’endettement interne, si nécessaire, pour la réalisation de projets économiques et sociales pour le développement du pays».

«Il n’est pas question d’effacement de la dette interne pour le moment. Mais nous étudions toujours les conditions de remboursement de la dette à l’égard de débiteurs ayant des difficultés financières dans le cadre du rééchelonnement des délais de remboursement», a-t-il expliqué dans une déclaration à la radio nationale « Chaîne III».

L’intervenant a précisé que l’augmentation de la dette publique était due au lancement de plusieurs projets et investissement de l’Etat durant les 15 dernières années, au moment où les prix du baril étaient en baisse.

Par ailleurs, le même responsable a précisé que le ministère des Finances a adopté une nouvelle politique dans la dépense et gestion du budget de l’Etat. Elle est basée sur une étude économique et rentabilité du projet en question. «La réforme budgétaire actuelle est conçue pour faciliter cette optique de recherche de la rentabilité à priori pour chaque projet qui sera soumis aux dépenses budgétaires», précise-t-il, en affirmant qu’un travail est entrain de se faire avec les différents ministères pour présenter des projets maturés centrés sur la rentabilité économique et sociales. Le même responsable a indiqué que «l’évaluation de la dépense publique en termes de rationalité nous permettra à connaitre moins de projets qui ne connaîtront pas d’issue à cause de non maturité. Il y a un effort de la part du ministère des Finances pour que les projets soit évalué en termes d’étude et surtout en terme de résultats».

Le DG du Trésor et de la gestion comptable des opérations financières de l’Etat, Hadj Mohamed Seba, a en outre expliqué la réévaluation des projets dans la Loi des Finances (LF24) est due aux opérations de dégels de projets et à la crise sanitaire Covid-19.

Concernant la répartition du budget selon les priorités, le même responsable a fait savoir que le LF 24 a consacré un budget de 2769 milliards de DA pour l’investissement public, où le secteur de l’habitat et de l’urbanisme taille la part de lion (54% du budget)». Le secteur de l’Habitat bénéficiera de nouveaux investissement de 420 milliards de DA et un budget pour la réévaluation des projets en cours à 52 milliards de DA. Quand au secteur des Travaux publics et l’infrastructure de base, le budget de l’Etat lui a alloué 121 milliards de dinars, comme investissements nouveaux et 227 milliards de DA en réévaluation des projets en cours.  Rien que le secteur de l’hydraulique « pour un meilleur accès à l’eau potable, il a été prévu une enveloppe d’investissement de 60 milliards de DA et 38 milliards  de réévaluation des projets en cours ».  Concernant le volet de l’investissement, 18% du budget de l’Etat estimé à plus de 100 milliards de dollars est réservé à l’investissement, indique-t-il.

Des projets structurants importants seront lancés en 2024. Il s’agit de celui du projet phosphate intégré à l’Est du pays, la mine du fer à Gara Djebilet, la ligne ferroviaire Tindouf-Becher  et un certains nombres de projets qui devraient être un développement en 2025 et 2026. « L’Etat mobilisera les moyens financiers nécessaires et également des facilitations de financement (allégement des conditions de financement) pour la réalisation de ces projets structurants», souligne-t-il, en notant que la LF 24 fait exception par rapport aux crédits bancaires, dont le promoteur peut avoir des taux d’intérêt réduits et bonifié par l’Etat.

Par Sirine R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *