16/04/2024
NATIONAL

Qualité de vie du citoyen, lutte contre la spéculation: Le président Tebboune persiste et signe

Lors de sa rencontre périodique avec des représentants de médias nationaux, diffusée vendredi soir sur les chaines de télévision et stations de radio nationales, le Président Tebboune a réaffirmé sa ferme volonté d’améliorer la qualité de vie du citoyen.

Lors de cette rencontre le Président a abordé plusieurs questions, dont l’évaluation de la situation économique du pays et évoqué les projets structurants en cours et à venir, c’est surtout la qualité de vie des citoyens. C’est sans ambage que le Président a abordé la question de la qualité de vie des algériens, qui a été un point nodal de son intervention.

A ce sujet donc, Tebboune a réaffirmé sa volonté d’y parvenir et en cela assure-t-i les augmentations des salaires annoncées, en sus des pensions de retraite et la réduction des impôts sur le revenu, s’inscrivaient toutes dans le cadre de l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen algérien.

« Aucune augmentation de salaire n’a été enregistrée en Algérie depuis près de 10 ou 15 ans. L’augmentation progressive des salaires actuellement se répercutera indubitablement sur le niveau de vie du citoyen, en attendant une augmentation définitive au cours de l’année prochaine », et participe donc à l’amélioration de sa qualité  vie;

Nul n’est besoin de rappeler que l’instauration de l’allocation chômage a fait que l’Algérie, est le seul pays au niveau africain et arabe à initier pareille mesure, en sus de la carte Chiffa dont a bénéficié la catégorie des chômeurs.

Mais la qualité de vie ne dépend pas uniquement d’une hausse des salaires, mais aussi par l’amélioration de l’environnement économique à commencer par la disponibilité des produits à des prix accessibles.

Sur ce chapitre, le Président veut y mettre fin et a rappelé les mesures coercitives prévues dans la loi relative à la lutte contre la spéculation illicite qui peuvent aller jusqu’à la perpétuité, soulignant que «la protection du citoyen est une question fondamentale »

Lors de son entrevue le Président Tebboune a soutenu que « les pénuries sur le marché étaient inacceptables compte tenu de la disponibilité de la production locale et de l’autorisation de l’importation», soulignant que « la rationalisation des importations -comme affirmé à plusieurs reprises- ne doit pas se faire au détriment des besoins du citoyen ».

Pour des économistes l’amélioration des conditions de vie, outre une augmentation des salaires, passe évidement par la concrétisation de projets structurants, tels que les routes, et voies de communication, ainsi que par une gestion administrative moins lourde et plus efficiente surtout.

Et ceux-ci soulignent par ailleurs qu’une plus grande prise de conscience des responsables d’entreprises publiques est nécessaire pour un service de qualité qui concours au bien être du citoyens.

Et de rajouter comme exemple, la gestion de l’eau qui préoccupe largement nos compatriotes, qui donne l’impression d’un laissez aller, au point qu’en temps de stress hydrique, la distribution de cet élément vital, se fait d’une manière inéquitable. Dans beaucoup de wilaya, l’eau est distribuée d’une minière anarchique, au point ou certain quartiers ne reçoivent de l’eau qu’une fois par 10 Jours. Alors que dans la même ville, des quartiers sont alimentés tous les jours.

Ces mêmes économistes précisent que l’amélioration de la qualité de vie, est tributaire aussi de l’environnement social, et que des cités immenses, propices à la délinquance, ne participent nullement à un bien être. De plus soulignent certains, les lois existent reste à les appliquer.

Le Président Tebboune a maintes fois insisté sur ce chapitre et lors de la dernière réunion entre walis et gouvernement a mis en avant, , la nécessité d’aller de l’avant vers le renforcement des acquis réalisés ces dernières années, soulignant que les questions relatives à l’amélioration des conditions de vie du citoyen, la promotion du service public et la levée des obstacles devant les investisseurs venaient en tête des priorités. Le bien être aussi passe par un développement local, et en ce sens des efforts immenses sont déployés pour mettre fin aux zones d’ombres dans une optique de plus grande équité entre  les algériens.

Par Samir Chalabi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *