16/04/2024
NATIONAL

Ramadhan 2023: Activité intense de tous les intervenants

A quelques jours du Ramadhan 2023, les choses s’accélèrent et tout le monde est sur le pont. L’objectif avoué est de faire à faire passer aux algériens un Ramadhan paisible et sans fluctuation des prix des prix, et pénuries

Depuis quelques semaines déjà, le ministère du commerce, a mis en place des mesures aptes a cesser sinon freiner la spéculation et la rétention de marchandises.

C’est pour finaliser ce dossier que ce samedi 11 mars le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, a présidé samedi à Alger, une réunion de coordination avec les représentants d’associations de protection du consommateur, consacrée au suivi des préparatifs du prochain mois de Ramadhan, indique un communiqué du ministère.

L’effervescence est grande, et tous les acteurs et associations concernés rassurent du plafonnent des prix pour des produits essentiels ainsi que de leur disponibilité. La rencontre,, a permis d’aborder plusieurs questions relatives à la préparation du mois de Ramadhan,

Y étaient présents les représentants de l’Organisation nationale de protection du consommateur, de l’association « AMANE » pour la protection du consommateur, de l’organisation Algérienne pour la défense du consommateur « HIMAYATEC », de la Fédération algérienne des consommateurs (FAC), l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCA

Avant cette réunion, l’’Association nationale des commerçants et artisans (Anca), présidée par Hadj Tahar Boulenouar, a indiqué lors d’une conférence de presse tenue à son siège sur « Les préparatifs du mois de Ramadan » que toutes les denrées alimentaires et consommables de grande consommation seront disponibles durant le mois de Ramadan, indiquant que les agriculteurs ont confirmé que le les quantités dont ils disposent de légumes et de fruits sont suffisantes pour couvrir la demande estimée par les spécialistes à 1,5 million tonnes au cours de ce mois.

Boulenouar a ajouté que la viande des deux types, rouge et blanche, sera disponible, ce qui indique, selon lui, la stabilité de ses prix, surtout après les mesures prises par le gouvernement pour importer une quantité de viande rouge pour couvrir la demande croissante de cette substance, estimée entre 800 000 et un million de tonnes par an, qui double de 100 % pendant le mois de Ramadan.

Le ministère de l’Agriculture a identifié 114 points de vente pour la viande importée, à un montant qui devrait être fixé à 1 200 dinars le kilogramme. Par ailleurs, des sources sures affirment que le stock de céréales et de légumineuses est suffisant pour couvrir la demande nationale pendant le mois de Ramadan et pendant plusieurs autres mois.

En plus de la disponibilité de la semoule et de la farine, grâce à l’engagement du ministère de l’Agriculture d’approvisionner quotidiennement 596 moulins avec ces deux matières.

Il en va de même, en ce qui concerne le lait, puisque l’Office national du lait a rassuré la fourniture de quantités suffisantes de lait pasteurisé en sachet enrichi à travers 120 produits laitiers.

De plus, les marchés de gros seront ouverts toute la semaine pendant le ramadan, afin d’assurer l’approvisionnement des détaillants pour éviter toute perturbation dans la distribution.

En ce qui concerne les marchés dits de la Rahma, qui sont organisés chaque année pendant le mois sacré pour commercialiser des produits à prix réduits, le ministère du Commerce a donné son approbation pour organiser 600 marchés de ce type, qui selon lui, exige désormais des maires sérieux pour se préparer à l’opération.

Selon l’Anca, le problème des prix élevés et du au petit nombre de marchés de gros et de quartier, qui ne dépasse pas 2 000, car certaines municipalités n’ont toujours pas de marché de quartier pour les légumes et les fruits.

S’agissant des problèmes qui maintiennent les prix de la viande à un niveau élevé, ceux-là sont imputés, au premier rang, au coût élevé du fourrage, qui atteint 8 000 dinars le quintal qui dépend des importations, en plus des coûts de transport élevé pour la viande du sud qui est acheminée vers le nord, Les coûts de transport sont fixés à 17 millions pour un camion chargé de 10 tonnes de viande de Tamanrasset à Alger.

S’agissant des œufs dont le prix a considérablement augmenté ces dernies mois, et a atteint 22 dinars l’unité,  cela est du en raison de la baisse de la production de 50% depuis octobre dernier, en raison de la grippe qui a entraîné la perte d’un grand nombre de volailles, ainsi que de nombreux éleveurs qui ont arrêtant leur activité à cause du coût élevé des aliments.

Pour sa part le secrétaire général de l’union générale des commerçants et des artisans algériens (UGCAA), a assuré que pas moins de 553 marchés de proximité seront ouverts à travers l’ensemble des wilayas du pays, durant le mois de Ramadhan.

L’ouverture de ces espaces commerciaux s’inscrit dans le cadre des démarches des pouvoirs publics, visant à couvrir la demande des citoyens, à améliorer l’offre, à réguler les prix et les offres notamment des produits de première nécessité durant la période du mois sacré.

453 marchés de proximité sont déjà créés et devront être opérationnels avant le début du mois de Ramadhan.

D’autres espaces sont en voie de création en partenariats avec les services du ministère du Commerce et de l’Agriculture et des autorités locales.

Tout est donc  mis en place pour réussir ce Ramadhan, ne reste qu’une seule inconnue que personne ne peut maitriser, c’est la frénésie des achats qui s’empare des algériens, nonobstant leur boulimie excessive durant le ramadhan

Par Samir Chalabi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *