21/04/2024
INDUSTRIE

Un deuxième plan de relance pour El Hadjar: Augmenter la production à 1,2 millions de tonnes/an

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a affirmé qu’un plan est mis à exécution pour relancer la compétitivité et la productivité du complexe El-Hadjar, spécialisé dans la sidérurgie. Il a annoncé que le complexe produit actuellement quelque 800 000 tonnes de produits en fer et d’acier (rond à béton, câbles pour engin et fer plat).

Un deuxième plan du développement sera lancé incessamment, annonce-t-il, en faisant savoir le complexe sera doté de nouveaux moyens de production et équipements spéciaux, permettant au complexe de retrouver son niveau de production. Les espoirs sont donc mis sur ce géant en phase de restructuration. « Notre objectif est d’arriver à la production d’un million et 200 000 tonnes/an, soit d’atteindre sa production maximale», souligne le ministre en marge de l’inauguration  de la deuxième édition du Salon internationale du fer, l’acier et des produits miniers «Metal et Steel algeria expo 2023». Le ministre a révélé qu’en 2022, l’Algérie a exporté quelque 500 000 tonnes d’acier.

Le ministre de l’Industrie a également évoqué  le pari pris sur le lancement de la deuxième partie du plan d’investissement dans ce segment d’activité. Il a souligné  que la cadence de production du complexe de Bellara est de l’ordre de 250 000 tonnes de produits sidérurgiques. Ce qui a généré, en 2022, des recettes  estimées à 220 millions de dollars.

Quant au complexe Tosyali Algérie situe à Bethioua (Oran), il a réussi à exporter 571 000 tonnes vers plusieurs marchés à l’international en 2022. Le complexe entend renforcer ses investissements afin d’atteindre une production de plus de 6 millions de tonnes d’acier à horizon 2025. Une usine d’aciers plats est en cours de construction.

Ce projet, avec un coût global avoisinant le 1,5 milliard de dollars verra le jour en 2025. Elle a pour objectif d’alimenter les besoins de l’industrie de l’électroménager ainsi que celle de l’automobile. D’une capacité de production annuelle de 2 millions de tonnes, cette nouvelles usine de production engendrera la création de prés de 2000 emplois directs. Cette même source a également précisé que qu’en termes d’exportation d’acier plat, Tosyali Algerie envisage d’atteindre les 2 milliards de dollars par an.  En somme, l’ambition de l’Algérie est d’en finir avec l’importation des produits en fer et acier. « Avec une production globale de 3,5 millions de tonnes d’acier et fer, soit 10,8% de la production des pays arabes, l’Algérie ambitionne d’en finir définitivement avec l’importation de matière première, en assurant une autosuffisance à court terme et devenir un pays exportateur par excellence à partir de 2025», a souligné le ministre Zeghdar.

Il est à noter que nos importations en ce métal (fer et acier) avoisinent les 2 milliards de dollars/an. Un montant conséquent et qui pèse lourdement sur le Trésor public. À cet effet, il est nécessaire d’orienter les efforts vers l’exploitation et la transformation de la matière première localement. Des gisements importants en ces produits ne sont pas encore exploités. Selon le ministre, l’exploitation des gisements miniers permettra l’ouverture de nouvelles perspectives et opportunités d’exploration, de commercialisation et surtout d’investissements entre opérateurs économique algériens et étrangers.

Augmenter les exportations à 1, 5 milliards de dollars/an

Le gouvernement dans sa stratégie de développement mise sur la mine de Ghar Djebilet (Tindouf) avec des réserves estimées à 3 milliards de tonnes, dont l’exploitation primaire a été lancée en 2022.  La capacité de production actuelle est estimée entre 2 millions à 3 millions de tonnes /an. C’est à partir de 2025, que la production de ce gisement atteindra la vitesse de croisière pour atteindre les  12 millions de tonnes de fer/an. Une production qui permettra de couvrir toute l’activité de transformation du fer en Algérie.

Pour atteindre ces objectifs, le ministre a estimé nécessaire que les différents intervenants s’organisent au sein d’un groupement afin d’unifier les efforts et d’arriver à produire du fer et d’acier «made in algeria», conformant aux normes internationales. En effet, un cluster pour les activités du métal sera bientôt créé. « Notre département accordera tout l’aide et l’accompagnement nécessaire pour les industriels activant ce domaine», dira-t-il.

Sur ce point, le ministre du Commerce, Kamel Rezig a affirmé que le gouvernement compte énormément sur cette filière industrielle pour l’augmentation des exportations hors hydrocarbures. « Notre premier objectif est de satisfaire le marché local en matière première à moyen terme (d’ici 2025). Quant au deuxième objectif c’est d’augmenter nos exportations pour atteindre 1,5 milliards de dollars/an. Nous avons les moyens et les potentialités pour la réalisation de ces deux objectifs et l’Etat n’a pas lésiné de mettre les conditions pour le développement de cette industrie de transformation d’acier» 

Il est à noter 40 exposants ont pris part à ce salon regroupant les différents opérateurs des industries sidérurgies et métallurgique ainsi que les opérateurs dans le domaine des produits miniers.

Par Sirine R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *