21/02/2024
ACTUALITENATIONAL

Conférence africaine des startups: Les réalisations de l’Algérie mises en avant

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé, mardi à Alger,  sa forte volonté politique de développer les domaines de l’innovation et de relancer les startups, qui représentent un enjeu majeur dans l’ordre des priorités nationales tracées dans son ambitieux programme et visant l’accélération du rythme du développement économique.

Dans une allocution adressée à la Conférence africaine des startups (African Startup Conférence), lue en son nom par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, le chef de l’Etat a assuré que toutes les ressources nécessaires, pour organiser et accompagner les porteurs de projets dans les différentes étapes, ont été mobilisées.

Le président de la République a rappelé les mesures et initiatives prises à cet effet, notamment la valorisation de la formation dans de nombreuses spécialités liées à l’activité des startups, y compris la création d’écoles spécialisées, et l’établissement de ponts de communication entre les centres de formation et de recherche d’une part, et le monde de l’entrepreneuriat d’autre part.

Le Président Tebboune a également mis l’accent sur les plans mis en œuvre pour l’accompagnement et l’incubation de projets innovants, notamment la création de pôles technologiques et le lancement de la plateforme dédiée à la recherche, au développement et à l’innovation ouverte, ainsi que la mobilisation d’espaces pour la domiciliation des startups, particulièrement, au sein des universités, outre la création de mécanismes spéciaux de financement et la garantie de nombreuses facilités pour encourager ce type d’initiatives.

Dans ce cadre, le président de la République a salué les résultats réalisés ces dernières années par le secteur de l’économie de la connaissance et des startups en Algérie, notamment à travers la création d’un écosystème national catalyseur de l’initiative et de l’innovation, ayant abouti à la réalisation d’acquis qualitatifs en termes de création de startups et permis à l’Algérie d’occuper la place de leader au niveau continental.

Cette dynamique qualitative devra connaitre un rythme accéléré durant la prochaine période, avec les profondes réformes économiques engagées pour l’amélioration du climat d’investissement et des affaires.

L’Algérie disposée à partager son expérience

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a réaffirmé l’engagement de l’Algérie à partager son expertise dans le domaine des startups avec les pays africains à travers des espaces d’échange d’expériences et de connaissances.

Le Président Tebboune a expliqué que « cet espace africain est considéré comme une conférence importante pour les start-ups ».

Et le chef de l’Etat de souligner que « l’Algérie, en tant que pionnière dans la défense des intérêts de l’Afrique, croit en la libération de notre continent de l’héritage de la doctrine coloniale qui se nourrit des rentes d’une influence obsolète ».

A cet effet, le chef de l’Etat a appelé « à promouvoir la créativité et l’innovation en Afrique pour accroître la productivité et la croissance économique ».

Ce qui permettra « de renforcer l’indépendance de la décision politique et économique » a-t-il insisté. Dans ce contexte, le Président Tebboune a mis l’accent sur la nécessité de mettre « en avant le rôle des startups en Afrique et leur capacité à relever les défis de développement », dans un environnement économique « concurrentiel les habilitant à ouvrir la voie aux initiatives » et « au renforcement de la coopération continentale dans le domaine de l’économie de la connaissance et l’amélioration du climat d’affaires et de l’innovation ».

Néanmoins, pour le Président Tebboune, le plus grand défi à relever a trait à la réduction du taux de chômage en Afrique. Un taux qui compte, relève le chef de l’Etat, parmi « le plus élevé de jeunes au niveau mondial ». Pour inverser cette tendance, le Président Tebboune a appelé « à promouvoir l’entrepreneuriat basé sur l’innovation, comme l’un des mécanismes les plus importants pour faire face à la problématique de l’emploi », d’où, a-t-il souligné, la nécessité « pour les gouvernements africains d’accorder l’intérêt total aux startups qui ont prouvé leur capacité à hisser de nombreuses économies en Europe et en Asie à de hauts niveaux de performance économique outre la création de richesses et des bases du développement durable».

Cette rencontre internationale de trois jours (5,6 et 7 décembre), qui se tient avec la participation de près de 200 experts internationaux et environ 50 ministres et décideurs africains dans le domaine des startups et de l’innovation sous le slogan: »L’innovation pour le développement du continent africain », vise à donner plus de visibilité aux startups africaines, tout en permettant à tous les décideurs africains de s’enquérir de tout ce qui se passe dans les autres pays du continent et d’échanger les expériences et signer des accords de coopérations dans ce domaine.

Par Sirine R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *