28/05/2024
ACTUALITENATIONAL

La Présidence de la République rassure:  L’allocation chômage, un acquis irréversible

Aucun changement ne sera effectué sur les modalités de l’octroi de l’allocation chômage. La Présidence de la République a apporté un démenti catégorique, hier dimanche, dans un communiqué, sur les rumeurs véhiculées par certains organes de la presse nationale et autres réseaux sociaux. « Les informations fallacieuses véhiculées au sujet d’un prétendu réaménagement des modalités de l’octroi de l’allocation chômage sont sans fondements», indique la Présidence dans un communiqué. «Ces arguties en ce temps bien précis, qui prêtent à confusion, relèvent des fake-news, voire de la manipulation », précise la même source.

La Présidence de la République tient à rassurer que « cette mesure phare qui a pour objectif de soulager une frange de la société, notamment nos jeunes, est un acquis irréversible et que rien ne changera concernant les modalités d’octroi de cette allocation chômage qui ouvre également droit à une couverture sociale et à la carte Chiffa ». Il est à noter que l’allocation chômage a été instaurée depuis 2022. Il s’agit d’accorder aux primo-demandeurs d’emploi – c’est-à-dire ceux n’ayant encore jamais travaillé – et âgés entre 19 et 40 ans un revenu «pour subvenir aux besoins de base», en attendant de décrocher un poste d’emploi décent. Ce dispositif a été largement salué par les jeunes fraichement diplômés et également par des experts en économie. Selon eux, cette allocation chômage boostera la consommation qui reste un des leviers de croissance. Pas moins de deux millions de bénéficiaires de ce dispositif.  « Tous les bénéficiaires de l’allocation de chômage sont tenus de suivre obligatoirement une formation présentielle pendant une période de 3 à 6 mois », précise une circulaire du ministère. Selon le même document, des directives ont été données aux directeurs de centre de formation professionnelle et aux directeurs de l’emploi dans les régions, afin de mettre en place des mécanismes de formation pour accueillir cette catégorie d’apprenants.

Les formations seront axées sur les métiers dont la main-d’œuvre est déficitaire sur le marché de l’emploi algérien. A travers cette stratégie, le gouvernement  espère donner à ces demandeurs d’emploi des compétences pour une meilleure insertion professionnelle. Ce qui permettra non seulement de réduire le taux de chômage, mais également d’aider le pays à disposer d’une main-d’œuvre locale dans les secteurs stratégiques pour soutenir son développement.

Ce dispositif a donné ses fruits sur le terrain. Près de 320.000 personnes bénéficiaires de l’allocation chômage avaient été orientés vers le monde du travail, 30.000 d’entre eux ayant bénéficié d’emplois stables et 117 000 bénéficiaires ont été formés selon les besoins du marché, selon les derniers chiffres du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Fayçal Bentaleb.

Slimane T.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *