21/02/2024
INTERNATIONAL

Le commerce des BRICS s’accélère à hauteur de 56 %

Les cinq membres actuels du groupe BRICS ont augmenté leurs échanges commerciaux de 56 % entre 2017 et 2022, atteignant un chiffre d’affaires d’environ 422 milliards de dollars l’année dernière.

Les BRICS comprennent actuellement le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, mais seront rejoints par l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en janvier prochain. La décision d’accepter les nouveaux membres a été prise lors du sommet du groupe en août à Johannesburg.

Selon les estimations des analystes, le groupe élargi représentera près de la moitié de la production mondiale d’ici 2040, soit le double de la part du Groupe des Sept (G7), composé des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie, de l’Allemagne et du Japon.

Plus tôt cette année, le président russe Vladimir Poutine a affirmé que les BRICS dépassaient déjà les États du G7 en termes de parité de pouvoir d’achat (PPA) de leurs populations.

Les experts prévoient que le produit intérieur brut (PIB) combiné des BRICS élargis en termes de PPA s’élèvera à environ 65 000 milliards de dollars. Cela ferait passer la part du groupe dans le PIB mondial de 31,5 % actuellement à 37 %. En comparaison, la part du G7 se situe actuellement autour de 29,9 %.

Les BRICS étaient à l’origine « BRIC », un terme inventé par des économistes utilisant la première lettre de quatre nations – le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine – considérées comme ayant le potentiel de dominer l’économie mondiale au 21e siècle. Ces pays se sont réunis pour la première fois en 2006 et ont ensuite accueilli l’Afrique du Sud en tant que nouveau membre, ajoutant la lettre « S » à l’acronyme.

Créé à l’origine en grande partie dans le but de mettre en évidence les opportunités d’investissement parmi ses membres, le groupe est devenu un instrument déterminant dans la construction d’un nouvel ordre mondial « multipolaire » qui contribuera à donner une voix plus forte aux pays du Sud.

En 2014, le groupe BRICS a lancé son propre prêteur international, la Nouvelle Banque de Développement (NDB), considérée comme une alternative aux institutions financières dominées par les États-Unis, comme le FMI et la Banque mondiale. Il finance des projets d’infrastructures et de développement durable.

La banque a officiellement ouvert ses portes en 2015 et a ensuite été rejointe par le Bangladesh, les Émirats arabes unis, l’Égypte et l’Uruguay.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *