21/02/2024
ACTUNATIONAL

Le DG de la PCH rassure: «La pénurie de médicaments n’est plus d’actualité »

Pour régler la pénurie de médicaments, la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) a acquis 624 produits, dont 278 fabriqués localement et 346 importés de l’extérieur.

«Pour moi, le dossier des ruptures est déjà clos », a affirmé, hier, le Directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), M. Ferhat Samir, pour signifier que la pénurie de médicaments n’est plus d’actualité.

Citant l’exemple des médicaments d’oncologie (relatifs au cancer), il a précisé que « sur 123 produits, 27 étaient en rupture depuis octobre 2022, mais actuellement cette rupture ne concerne que 3 produits qui sont remplaçables ».

« Pour moi, le dossier des ruptures est déjà clos », a-t-il déclaré. « Les professeurs peuvent engager les protocoles de thérapie sans aucun problème », a-t-il dit, tout en reconnaissant avoir été instruit par le ministre de la Santé pour « éviter ce genre de situation (pénuries) à l’avenir ».

A ce propos, M. Ferhat a indiqué que son établissement dispose à présent, grâce à la numérisation et au bon de commande électronique, d’une meilleure visibilité sur les stocks des hôpitaux et leurs besoins réels, lui permettant de répondre rapidement aux bons de commandes des établissements de santé.

« A travers la maitrise des besoins des hôpitaux, nous allons prévoir notre programme d’achats sur la base de données réelles », a-t-il expliqué, avant d’annoncer « la signature avec 10 fournisseurs l’achat de 30 produits innovants ».

La dette des hôpitaux s’élève à 225 milliards de DA! 

A une question de savoir si la PCH manque de moyens financiers, M. Ferhat a indiqué :  « nous sommes dans une aisance financière qui nous permet d’acheter tous les produits demandés ».

Selon lui, la PCH a déjà reçu une somme de 75 milliards de dinars, dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2022, au titre du versement de la première tranche de la dette des hôpitaux qui s’élève à 225 milliards de dinars, que l’Etat s’est engagé à éponger.

La PCH recevra un autre paiement de 75 milliards de dinars dans le cadre de la loi de finances 2023. Le reste, se fera dans le cadre de la loi de finances 2024, a-t-il fait savoir, en expliquant les récurrentes pénuries de médicaments par « des difficultés à s’approvisionner sur le marché international du fait de la concentration de la production de médicaments dans 2 pays : la Chine et l’Inde ».

Il a également cité comme causes « la pandémie de la Covid-19 qui a provoqué la fermeture de beaucoup d’usine ; la baisse des prix des médicaments qui a permis l’accessibilité aux pays pauvres, ce qui a entrainé une augmentation de la demande ; la défaillance de nos fournisseurs ; ainsi que d’autres facteurs qui ont favorisé cette perturbation ».

300 tonnes de médicaments périmés

Par ailleurs, le même responsable a révélé que 300 tonnes de médicaments périmés s’étaient accumulés au niveau de la pharmacie centrale et annexes. Samir Farhat a indiqué que cette quantité sera détruite prochainement, selon les conditions sanitaires et techniques pour préserver l’environnement, expliquant que cette grande quantité de médicaments périmés n’a pas encore été estimée. Il a fait savoir que les fournisseurs devaient prendre en charge cette opération comme c’est prévu par la loi, précisant que la PCH compte engager des procédures judiciaires contre ces fournisseurs.

Synthèse S T.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *