16/04/2024
INTERNATIONAL

Le G7 s’engage à réduire à zéro sa pollution plastique d’ici 2040

Les ministres des pays du groupe, réunis au Japon, ont également annoncé vouloir «accélérer» leur «sortie» des énergies fossiles dans tous les secteurs, mais sans se fixer une nouvelle échéance.

Les pays du G7 ont annoncé dimanche 16 avril leur intention de réduire à zéro leur pollution plastique d’ici 2040 à l’issue d’une réunion de leurs ministres du Climat, de l’Énergie et de l’Environnement à Sapporo (nord du Japon). Et ce, notamment grâce à l’économie circulaire, à la réduction ou à l’abandon des plastiques jetables et non recyclables. C’est un objectif «ambitieux», s’est notamment félicitée la ministre allemande de l’Environnement Steffi Lemke lors d’une conférence de presse.

Les ministres des pays du groupe se sont également engagés à «accélérer» leur «sortie» des énergies fossiles dans tous les secteurs, mais sans se fixer une nouvelle échéance. Ce nouvel objectif ne concerne pas les énergies fossiles assorties de dispositifs de capture et de stockage du CO2. Les pays du G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada) se bornent à souligner que cet objectif s’inscrit dans leurs efforts pour atteindre la neutralité carbone énergétique d’ici 2050 «au plus tard».

L’an dernier, le G7 s’était déjà engagé à décarboner majoritairement son secteur de l’électricité d’ici 2035, un objectif reconfirmé dimanche. Signe de leurs négociations difficiles, le G7 n’est pas parvenu à s’engager spécifiquement sur une date de sortie du charbon pour leur génération d’électricité, alors que le Royaume-Uni, soutenu par la France, avait proposé l’échéance de 2030.

Une «avancée» avant la COP28

La décision de sortir de l’ensemble des énergies fossiles marque néanmoins une «avancée forte», a réagi auprès de l’AFP la ministre française de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. «C’est un point d’appui important pour pouvoir élargir cette approche» au G20 en Inde et à la conférence de l’ONU sur le climat (COP28) de Dubaï en fin d’année», a-t-elle estimé, «tout en admettant que ces futures négociations mondiales ne vont pas être évidentes».

Le club des principaux pays industrialisés se devait de faire preuve d’unité et de volontarisme après le dernier rapport de synthèse alarmant du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), publié en mars. Selon le Giec, le réchauffement de la planète causé par l’activité humaine atteindra 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle dès les années 2030-2035. Ce qui met encore plus en péril l’objectif de l’accord de Paris de 2015 de limiter la hausse des températures à ce niveau, ou du moins bien dessous de 2°C.

Le G7 a aussi réaffirmé dimanche son engagement d’œuvrer avec les autres pays développés à rassembler 100 milliards de dollars par an pour les pays émergents contre le réchauffement climatique, une promesse datant de 2009 et qui devait initialement être tenue dès 2020. Un sommet pour améliorer l’accès aux financements des pays en développement en matière climatique, un point sensible et crucial pour une réussite de la COP28, est notamment prévu fin juin à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *