16/04/2024
INDUSTRIE

Le Gouvernement poursuit la relance de l’activité des entreprises défaillantes

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar a affirmé, jeudi à Alger, que le Gouvernement continuait à relancer l’activité des entreprises défaillantes et à lever les obstacles afin de booster l’économie nationale .

Le ministre s’exprimait lors d’une plénière consacrée aux questions orales au Conseil de la nation, présidée par le vice-président du Conseil, Abdennacer Hamoud, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar et de membres du gouvernement.

Il a cité, dans ce cadre, le cas de la société africaine du verre (AFRICAVER), relevant du Holding Algeria Chemical Specialities (ACS) qui a bénéficié d’un plan d’urgence pour la relance de son activité eu égard à la demande croissante sur cette matière, notamment à la lumière de la dynamique dense que connait le secteur industriel en Algérie.

En réponse à une question du sénateur Fouad Sebouta (du parti du FLN) quant à la possibilité de dépêcher une commission d’enquête pour s’enquérir de la situation de la société Africaver, le ministre a expliqué que la réhabilitation de cette entreprise « est plus qu’une nécessité à l’heure actuelle ».

De surcroît, le four de production de verre imprimé et de silicate de sodium a été remis en marche afin d’atteindre une capacité de production d’environ 70 tonnes/jour (de verre imprimé) et 27 tonnes/jour (de silicate de sodium), a relevé le ministre, faisant savoir que l’opération de production du verre pour les véhicules et les appareils électroménagers était au stade « des essais de phase finale » avant l’entrée en exploitation prévue « à la fin du mois en cours ».

M.Zeghdar a rappelé, par ailleurs, que l’Africaver avait bénéficié de plusieurs plans visant essentiellement à assainir sa situation financière, soulignant l’engagement du gouvernement à relancer ce genre d’entreprises qui ont connu plusieurs difficultés, liées notamment à la hausse des coûts de production et aux échéances des crédits.

Répondant à la question du sénateur Abdelkader Ali (FLN) concernant les nouvelles mesures appliquées aux agriculteurs dans la nouvelle loi sur l’investissement, le ministre a affirmé que cette loi accordait de nombreuses facilitations et incitations visant à augmenter les taux de production dans plusieurs secteurs, notamment vitaux.

L’objectif recherché étant de « développer les activités à valeur ajoutée », ce qui est à même d’inciter les investisseurs à créer des entreprises, des sociétés et des postes d’emploi supplémentaires dans plusieurs secteurs, dont l’agriculture, a-t-il ajouté.

La nouvelle loi sur l’investissement vise essentiellement à « développer les secteurs prioritaires, dont les activités agricoles, en vue de soutenir et améliorer leur compétitivité et la structure de l’économie nationale », a affirmé M. Zeghdar.

Le ministre a également répondu à la question du sénateur Abdelkader Djadi (FLN) au sujet des mesures devant être prises au profit des investisseurs dans la production du lait et les minoteries, en vue de leur permettre de bénéficier de la poudre de lait et du blé dur et tendre.

Il a relevé, à ce sujet, que son département ministériel « n’accorde pas les autorisations d’approvisionnement des matières premières, comme la poudre de lait et le blé », lesquelles relèvent du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, soulignant « la nécessité d’investir dans le domaine agricole et d’accélérer la concrétisation de la sécurité alimentaire compte tenu des atouts du pays ».

R E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *