03/03/2024
ACTUENERGIE

Les prix du Brent dépassent les 77 dollars

Les prix du pétrole rebondissaient mardi, le marché se concentrant sur les craintes autour de l’approvisionnement mondial de brut avec la fermeture d’un champ libyen et les tensions en mer
Rouge, après la chute importante de la veille. En fin de matinée, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en mars, prenait 1,88%, à 77,55 dollars.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en février, montait de 1,91%, à 72,12 dollars. Les craintes de restriction de l’offre avec les « tensions latentes en mer Rouge » et « l’état de force majeure déclaré dans le champ pétrolier libyen de Sharara » ont repris le dessus, poussant les prix vers le haut, expliquent des analystes.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) en Libye a annoncé dimanche la suspension de la production de cet important gisement pétrolier dans le Sud-ouest du pays à cause d’un mouvement de protestation qui a bloqué l’activité sur le site.

Ce champ pétrolier produit en temps normal 315.000 barils par jour, sur une production nationale de plus de 1,2 million de barils par jour. La veille, les prix du brut avaient brièvement sombré de près de 5% après l’annonce de la réduction du prix de vente du baril d’Aramco en Asie.

Selon un document communiqué aux médias par Aramco, la compagnie nationale saoudienne prévoit de réduire ses prix de deux dollars par baril en février pour ses clients asiatiques, soit son niveau le plus bas depuis 27 mois.

Côté gaz naturel, le contrat à terme du TTF néerlandais, considéré comme la référence européenne, évoluait en petite baisse de 1%, à 31,32 euros le mégawattheure (MWh). Cette baisse des prix s’explique par « une demande toujours faible » malgré les températures, et « des niveaux de stocks confortables » en Europe, à plus de 16% de plus que les niveaux habituels à cette période de l’année, selon des experts.  «Cela signifie que l’Europe est bien équipée en gaz pour passer l’hiver, ce qui alimente le sentiment baissier sur le marché», expliquent-ils.

R E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *