21/04/2024
INTERNATIONAL

L’Inde ne veut pas que le G20 discute de nouvelles sanctions contre la Russie

L’Inde ne veut pas que le Groupe des 20 nations discute de sanctions supplémentaires à l’encontre de la Russie pour son invasion de l’Ukraine pendant la présidence d’un an du bloc par New Delhi, ont déclaré à Reuters six hauts responsables du gouvernement indien.

En marge d’un important rassemblement du G20 en Inde, les dirigeants financiers des pays du Groupe des Sept (G7) se réuniront le 23 février, la veille du premier anniversaire de l’invasion, pour discuter des mesures à prendre contre la Russie, a déclaré mardi le ministre des finances du Japon.

Les responsables, qui sont directement impliqués dans la réunion des ministres des finances et des chefs des banques centrales du G20 de cette semaine, ont déclaré que l’impact macroéconomique de la guerre serait discuté mais que l’Inde ne souhaite pas délibérer sur des actions supplémentaires contre la Russie.

« L’Inde ne souhaite pas discuter ou soutenir des sanctions supplémentaires contre la Russie pendant le G20 », a déclaré l’un des responsables. « Les sanctions existantes contre la Russie ont eu un impact négatif sur le monde ».

Un autre fonctionnaire a déclaré que les sanctions n’étaient pas une question relevant du G20. « Le G20 est un forum économique pour discuter des questions de croissance ».

Les porte-parole du gouvernement indien et des ministères des finances et des affaires étrangères n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Le ministre indien des Affaires étrangères, S. Jaishankar, a précédemment déclaré que la guerre avait affecté de manière disproportionnée les pays les plus pauvres en augmentant les prix du carburant et de la nourriture. Les voisins de l’Inde – le Sri Lanka, le Pakistan et le Bangladesh – ont tous sollicité des prêts auprès du Fonds monétaire international au cours des derniers mois pour surmonter les difficultés économiques engendrées par la pandémie et la guerre.

Le secrétaire adjoint au Trésor américain, Wally Adeyemo, a déclaré mardi que Washington et ses alliés prévoyaient dans les prochains jours d’imposer de nouvelles sanctions et des contrôles à l’exportation qui viseraient l’achat par la Russie de biens à double usage comme les réfrigérateurs et les micro-ondes afin de décrocher les semi-conducteurs nécessaires à son armée. Les sanctions chercheraient également à faire davantage pour endiguer le transbordement de pétrole et d’autres biens soumis à des restrictions par les pays frontaliers.

En outre, M. Adeyemo a déclaré que les responsables d’une coalition de plus de 30 pays avertiraient les entreprises, les institutions financières et les particuliers qui font encore des affaires avec la Russie qu’ils s’exposent à des sanctions s’ils continuent à le faire.

Le gouvernement du Premier ministre indien Narendra Modi n’a pas ouvertement critiqué Moscou pour l’invasion et a plutôt appelé au dialogue et à la diplomatie pour mettre fin à la guerre. L’Inde a également fortement augmenté ses achats de pétrole à la Russie, son plus grand fournisseur de matériel de défense.

Jaishankar a déclaré cette semaine à l’ANI, partenaire de Reuters, que les relations de l’Inde avec la Russie avaient été « extraordinairement stables et qu’elles l’avaient été à travers toutes les turbulences de la politique mondiale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *