28/05/2024
ACTUALITENATIONAL

Lutte contre le gaspillage durant le Ramadhan: Le ministère du Commerce sensibilise

Le ramadan arrive et c’est l’alerte générale ! Ce mois sacré, qui symbolise la modération et le partage, l’empathie envers les plus démunis, mais, est aussi un moment paroxystique de la consommation. Si les pouvoirs publics ont agi pour que ce mois se passe sans encombres ni pénuries, il n’en demeure pas moins que l’inquiétude persiste quant au gaspillage alimentaire qui en résulte. Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, TayebZitouni, a révélé que l’extravagance augmente pendant le mois de Ramadan en raison de l’empressement excessif de certains citoyens, à trop vouloir acheter sans raison.

En marge du lancement de la campagne nationale contre le gaspillage, le ministre du Commerce explique que son département, s’efforce de fournir tous les biens et denrées alimentaires pendant le mois sacré du Ramadan, mais a appelé les citoyens à consommer uniquement de manière rationnelle.

Le ministre du Commerce a indiqué que ses services travaillent pour lutter contre le gaspillage, car il a été enregistré que 100 millions de baguettes de pain ont été gaspillées pendant le mois de Ramadan, mais pas que le pain.

Dans ce cadre, le ministre a confirmé que toutes les denrées alimentaires sont disponibles dans les magasins et sur les marchés, et qu‘il n’est nul besoin de surconsommer, soulignant que les agents de contrôle travaillent à surveiller les prix et à éviter les monopoles.

Le problème du gaspillage alimentaire se pose chaque Ramadhan et le Ministère entend y remédier ou du moins le freiner en sensibilisant le citoyen.  Déjà des semaines avant le début du ramadan, une fièvre acheteuse s’empare du consommateur, craignant les pics de prix quasi traditionnels lors du mois sacré et les pénuries réelles ou supposées des denrées nécessaires à la table gargantuesque du repas de la rupture du jeûne.

Le gaspillage alimentaire et l’excès sont devenus une habitude lors du mois béni du Ramadan pour de nombreux Algériens qui ne mesurent pas leur consommation réelle, poussant ainsi les quantités excédentaires dans les poubelles, en particulier en ce qui concerne le pain. Malgré les différentes campagnes de sensibilisation menées par les pouvoirs publics, les associations, les experts et certaines organisations chaque année avant le début du mois sacré, c’est le même rituel : l’excès

Cela appelle à réfléchir à des mécanismes efficaces et pratiques pour lutter contre ce phénomène qui gaspille de l’argent et détruit l’économie. Et pourtant, les bacs à ordures témoignent de la consommation irrationnelle de la majorité des familles algériennes, où l’achat est effectué de manière aléatoire. Le pain est peut-être l’un des matériaux les plus gaspillés pendant le mois sacré, levé par tonnes ainsi que des restes de plats quotidiens et de certains desserts, en particulier la Zalabia.

Selon les statistiques Conservatoire national des formations à l’environnement (CNFE), la quantité de déchets augmentait de 10% durant le mois de Ramadhan en raison du gaspillage alimentaire.

En se référant aux statistiques mondiales, il a été prouvé, que le gaspillage des produits alimentaires est estimé annuellement à 3,2 milliards de dollars, soit des quantités représentant quatre fois les quantités dont le monde a besoin pour mettre fin à la pauvreté.

 A ce sujet, la première responsable de cet organisme a aussi spécifié, que durant le mois de jeûne, l’ampleur du phénomène du gaspillage porte des préjudices à différents niveaux, tant sur la santé du citoyen, sur la situation financière, génère de la surconsommation, sur les plans économique et environnemental, mais aussi sur l’augmentation des volumes des déchets.

Raisons pour lesquelles, le Ministère du commerce a lancé cette énième campagne d’ampleur, et mis les bouchées doubles pour sa réussite. Pour cette année, la DG de l’INTE (Institut national technologique de l’environnement) citera l’initiative lancée par le ministère de l’Environnement en partenariat avec plusieurs secteurs et institutions, en premier lieu les ministères de la Santé et du Commerce, l’Observatoire national de la société civile, avec la contribution des Scouts musulmans algériens (SMA) en vue d’entreprendre des activités concrètes sur le terrain dans le but de sensibiliser les citoyens contre les effets du gaspillage alimentaire

Pour le président de l’Association « Aman » pour la protection des consommateurs, le mois de Ramadan est  une occasion d’économiser de l’argent en réduisant la consommation. Ramadan est un mois de culte et de spiritualité que nous ne devons pas gaspiller en faisant la queue pour acheter divers articles, parfois inutiles, qui finissent par être jetés à la poubelle.»

Par Réda Hadi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *