21/02/2024
ACTUALITEAGRICULTURE/PÊCHE

Plantation d’un million de palmiers dattiers à l’horizon 2024

L’Algérie veut augmenter sa production de dattes

La filière datte est en plein essor.  Une production de 15 millions de quintaux est attendue pour cette saison agricole, a annoncé le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhafid Henni, en  faisant savoir que la production de l’Algérie était de près de 11 millions de quintaux en 2021 et 2022.

S’exprimant dans son discours à l’ouverture de la première édition du Salon international de dattes, placé sous le thème : «Nos dattes: authenticité et économie durable», le ministre a annoncé le lancement d’un nouveau programme pour développer la filière phœniciculture.

«Nous prévoyons la plantation d’un million de palmiers dattiers à l’horizon 2024. Pour cette année, nous tablons sur une production à plus de 15 millions de quintaux. Il s’agit d’une importante filière agricole pour l’économie nationale et au développement de nos exportations. Nous prévoyons également l’introduction de nouvelles techniques pour améliorer la production et pour le traitement des maladies» a-t-il déclaré.

Le ministre a assuré que l’Algérie produit actuellement plus 1000 variétés de dattes: «Nous avons recensé plus de 19 millions de dattiers dont 16.390.521 dattiers en phase productive avec une production de près de 11 millions de quintaux en 2021 et 2022» a-t-il assuré, en affirmant que son secteur travaille à l’amélioration des exportations de dattes en valorisant de nouvelles variétés, y compris la variété « Deglet Nour », afin de diversifier les marchés et les revenus.

Dans le même ordre d’idée, le ministre rappelle que,  la culture du palmier concerne presque tous les investissements agricoles dans les régions du sud, avec des variations dans les modes de production et dans les variétés plantées. Parmi les régions productrices les plus importantes, on trouve, Al-Ziban, Oued Rig, Bassin de Ouargla. Vallée du Mzab…etc.

Outre la production brute de dattes, qui contribue à la diversification de l’économie nationale, cette filière, indique le ministre, offre également de nombreuses opportunités d’investissement au niveau des chaînes de valeur en raison de l’énorme potentiel qu’elle offre qui permet de créer de petites entreprises dans le domaine de la valorisation des dattes à faible valeur commerciale, dérivés de dattes et même restes de palmier.

Ce domaine constitue également un terrain favorable à l’innovation qui intéresse les sociétés émergentes, d’autant plus que la demande mondiale de matériaux dérivés des dattes est en forte augmentation, on cite par exemple les compléments nutritionnels qui extraient des molécules pour divers usages. En revanche, les oasis algériennes situées dans les différentes zones de production présentent, ajoute le ministre, des caractéristiques qui les distinguent les unes des autres, et constituent des paysages naturels uniques qui attirent de nombreux touristes, sans compter son rôle essentiel dans la séquestration du carbone et la création d’un microclimat.

75 millions de dollars d’exportation en 2021

Pour sa part, le ministre du Commerce et de la promotion des exportations, Tayeb Zitouni a appelé à la création de chaines de valeur en local pour la valorisation de nos dattes et l’augmentation les exportations de ce produit.

Il a fait savoir que «Nous avons les meilleures dattes au monde qui sont très prisées à l’étranger. Mais les exportations de dattes ont généré 75 millions de dollars seulement en 2021» a-t-il dit. En termes clair, beaucoup de travail reste encore à faire, notamment en matière d’organisation et de valorisation de ce produit.

Ce rendez-vous sera, donc, dira-t-il une occasion pour mettre le doigt sur la plaie, pour évoquer les contraintes et difficultés, dont fait face les agriculteurs.  « Nous devons chercher les mécanismes nécessaires pour une véritable organisation de la filière,   en passant de la collecte, l’emballage et la commercialisation. Nous les deux ministères, nous sommes obligés de travailler en étroite collaboration pour mettre de l’ordre dans cette filière en mesure de contribuer fortement dans la promotion des exportations hors hydrocarbures», a souligné Zitouni. Il a appelé les agriculteurs à s’organiser en coopérative. Un travail statistique a été effectué en identifiant les zones de production de dattes, il ne reste que connaitre les besoins de notre marché pour le réguler, en dégageant des quantités pour l’export.

Par Zahir R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *