01/03/2024
ACTUALITEENERGIE

Projet ‘Solar 1000’: Production de 2000 MW d’ici 2025

Le projet Solar 1000 MW prend forme. le lancement des travaux de réalisation des premières centrales EnR dans 11 wilayas est prévu à partir de 2024. Selon le DG du Cluster des énergies vertes, Pr Boukhalfa Yaissi, Sonelgaz procédera incessamment à la signature de contrats avec les entreprises sélectionnées pour le projet «Solar 1000 MW».

Des stations solaires d’une capacité de 80 MW et 220 MWc seront implantées dans 11  wilayas, dont la plupart situés dans le Sud. Le coût de ce projet est estimé à 171,7 milliards de DA, soit l’équivalent de 1,145 milliards de dollars. Dans une déclaration à la radio, l’intervenant prévoit la production de plus de 600 mégawatts d’électricité avant la fin 2024, avec l’ambition d’atteindre les 2000 MW d’ici mi-2025.

Ce premier appel d’offres a permis d’afficher les premiers résultats. Il s’agit, selon le Cluster, du coût moyen du kWh ajusté et actualisé en HT (Hors Taxes) qui est de 7,3822 DA en hors taxes.

Ce premier projet EnR  est considéré comme étant une introduction pour les tous les opérateurs afin d’améliorer leurs performances et d’obtenir de meilleurs résultats à l’avenir. D’ailleurs, dans le «Solar 1000 mw», grâce à l’introduction de nouvelles technologies, les coûts de production ont été réduites.

L’intervenant a annoncé au passage la fabrication de panneaux solaires en Algérie. Ceci contribuera à la réduction des coûts de la réalisation de cet ambitieux programme de 15 000 MW.  La participation nationale « a permis d’avoir plus du tiers des lots (5/14) avec 510 MWc de capacité à réaliser ». Le contenu local, précise le Cluster, «a été valorisé à travers la marge de Préférence (MP), l’obligation d’utiliser les produits fabriqués localement (structures, câbles, etc.) et le recours à la main d’œuvre locale durant la phase de construction».

Par ailleurs, le Cluster a précisé qu’il est clair que «recourir aux services et matériels Algériens ne coûtent pas plus chers que ceux importés d’outre-mer présentant des capacités de productions et expérience plus importantes que celles développées ici en Algérie depuis 2015 ». De plus, « ils génèrent des emplois et de la valeur ajoutée hors secteur des hydrocarbures ».

Comme résultat, « la participation locale a été à la hauteur des attentes puisque plus de 30% des attributions ont été pour une entreprise locale et deux groupements algéro-européenns». Dans ce registre, le Cluster indique que « la marge de préférence appliquée par le Groupe Sonelgaz a permis à des groupements constitués entre des entreprises locales et leurs partenaires étrangers de jouer pleinement en faveur de la partie locale».

Par ailleurs, le directeur général du Cluster des énergies vertes a appelé à l’accélération de la fabrication et la transformation de l’hydrogène vert en Algérie à travers la production d’ammoniac et d’autres produits nécessaires à l’agriculture, par exemple mais sans s’y limiter, surtout avec le changement que connaît l’Algérie. Cette démarche permet une diversification économique, notamment avec la disponibilité du gaz naturel, qui constitue un avantage compétitif très important, ce qui encouragera les entreprises étrangères à venir investir en Algérie.

Par Z R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *