25/05/2024
ACTUALITENATIONAL

10e édition du Forum africain de l’Investissement et du Commerce: Signature de plus de 60 accords

La 10e édition du Forum africain de l’Investissement et du Commerce (AFIC10), clôturée dimanche à Alger, a été couronnée par une série de recommandations qui mettent en exergue le rôle central de l’Algérie dans le processus d’intégration économique continentale. Ainsi, la signature à cette occasion de plus de 60 accords de coopérations. Dans une allocution de clôture, le président du CAAID, Amine Boutalbi, a souligné l’importance de cet évènement qui contribue à la promotion de l’investissement et du commerce intra-africain.

Les participants à ce Forum, organisé par le Centre arabo-africain d’investissement et de développement (CAAID), les 4 et 5 mai, sous le thème «La route vers le marché africain», ont mis en avant «le rôle central de l’Algérie en tant que pôle régional capable de jouer un rôle clé dans l’édification du continent africain».

L’Algérie s’acquitte de ce rôle de par «sa position géographique privilégiée et ses solides relations historiques avec les pays africains d’une part, et avec les autres pays et organisations régionales et internationales d’autre part, outre ses importantes capacités économiques, notamment dans les domaines de l’énergie, de l’infrastructure et de la logistique», selon le communiqué final ayant sanctionné cette édition du Forum.

Il s’agit également «du soutien aux grands projets continentaux, dont l’Algérie est l’un des principaux piliers en tant que porte de l’Afrique pour les flux d’investissements internationaux, à l’instar de la route transsaharienne et du gazoduc transsaharien Algérie-Nigéria, ainsi que la route reliant l’Algérie et la Mauritanie».

Les participants ont exhorté «les pays africains à œuvrer, avec les structures et institutions continentales, à finaliser les étapes de construction du marché commun africain, qui deviendra, dans les décennies à venir, le plus grand marché mondial», soulignant «les importantes opportunités qu’il représente pour les pays africains afin d’améliorer la performance de leurs économies et de moderniser leurs secteurs de production».

Ils ont également plaidé pour «la levée des obstacles administratifs et juridiques devant les marchandises et les investissements africains», à prioriser afin d’augmenter le taux d’intégration économique, de permettre à «l’accord de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) de devenir un catalyseur de la complémentarité régionale à même d’ériger le continent en centre international de commerce et d’investissement pour consacrer la prospérité commune».

Les participants ont également recommandé d’«élaborer une vision stratégique globale sur le développement économique en Afrique», saluant l’adoption par plusieurs pays africains de programmes de transition numérique pour être au diapason des changements technologiques, outre le recours à l’intelligence artificielle afin de développer les secteurs économiques.

Les recommandations prévoient en outre la nécessité de réorganiser le système éducatif au niveau continental, pour permettre à l’Afrique de suivre les progrès survenus dans les domaines de la technologie et de l’intelligence artificielle, et de conférer aux sociétés les capacités de créativité et de renouveau et d’encourager l’esprit entrepreneurial.

Par ailleurs, les participants ont proposé la création d’une plateforme de suivi par des experts et des spécialistes dans les domaines d’intérêt du CAAID et d’un conseil scientifique qui fait office d’une cellule d’orientation stratégique chargé de veiller à la formulation de propositions et au suivi des recommandations, et de définir les programmes et axes des prochaines sessions du forum.

Par Slimane T

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *