03/03/2024
ACTUALITENATIONAL

2024 sera l’année de l’orientation vers l’université de 4e génération

Le ministre de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique Kamel Badari a affirmé, samedi à Saïda, que 2024 sera «l’année d’orientation vers l’université moderne de quatrième génération ». Intervenant lors de la présentation d’un exposé sur l’université «Dr Moulay Tahar» de Saïda, le ministre a souligné que l’université se prépare en 2024 à s’orienter vers l’université moderne de 4ème génération en « un bref délai».

Badari a ajouté que « l’université est devenue une plateforme d’enseignement créatif, intégré et ouvert à travers les résultats obtenus », affirmant que le secteur de l’enseignement supérieur œuvre à « la numérisation des structures universitaires en vue d’améliorer la qualité d’enseignement et relever le niveau de performance».

Lors de l’inspection du Centre de données et d’informatique, le ministre a salué cette structure qui « n’a pas d’équivalent dans les établissements universitaires au niveau national », ajoutant que la création de tels centres sera généralisée dans tous les établissements universitaires, dans le cadre du nouveau processus de modernisation. Ce centre dispose de 14 appareils de haut débit, 17 serveurs et de deux commutateurs, sachant que ces équipements contribuent à renforcer la communication numérique au sein de l’université. Le ministre avait déclaré jeudi dernier que le secteur avait adopté une politique visant à permettre à l’université de contribuer à la création de la richesse, ce qui s’est traduit, a-t-il dit, par la création de 96 incubateurs d’affaires et de 100 centres de développement de l’entrepreneuriat (CDE). Lors d’une plénière du Conseil de la nation consacrée aux questions orales, M. Baddari a précisé que son secteur enregistre d’importants chiffres en matière de renforcement des entités de recherche, de développement et de valorisation économique présentes dans les établissements universitaires et de recherche, dont notamment la création de 96 incubateurs d’affaires, de plus de 3.000 espaces pour les start-ups et de plus de 100 CDE.

Le secteur qui accorde un intérêt majeur au soutien à la recherche scientifique, compte 1.801 laboratoires de recherche, 47 unités de recherche, 30 centres de recherche, 183 services communs et plus de 60 laboratoires de fabrication, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre Baddari a supervisé le projet de réalisation de la faculté des sciences sociales et humaines dans la commune d’Ain Hajdar, doté de 2.000 places pédagogiques, qui sera achevé en septembre prochain. Annonçant que l’Université de Saïda, qui s’est appuyée sur de nombreuses nouvelles structures, se transformera en un pôle universitaire par excellence qui lui permettra d’accueillir des étudiants des wilayas d’El Bayadh et de Naâma.

Le ministre a également inauguré une bibliothèque centrale à l’Université de Saïda, dotée de divers ouvrages et références dans toutes les spécialisations universitaires. Ce centre numérique permet de recevoir et de numériser tous les documents universitaires pour faciliter le processus de conservation et de récupération rapide.

Par Slimane T

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *