17/06/2024
ACTUALITEAGRICULTURE/PÊCHE

Aquaculture: Une production de 100 000 tonnes à l’horizon 2030

Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Ahmed Badani a  fait savoir que son secteur aspire augmenter davantage la production nationale en produits halieutiques. Il vise la production de 100 000 tonnes de poissons issus de l’aquaculture à l’horizon 2030, dont  40.000 tonnes en eau de mer et 60.000 tonnes en eau douce.

Le ministre a affirmé dans une déclaration à la presse, en marge d’une réunion de coordination avec une délégation du Conseil supérieur de la Jeunesse (CSJ), que tous les mécanismes réalistes et économiques permettant la concrétisation de ces objectifs sont déployés.

Pour cela, des mesures incitatives sont prévues dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour l’exercice 2024, visant à encourager l’investissement dans la filière de l’aquaculture d’eau douce. D’ailleurs, une prime incitative est proposée au profit des producteurs de tilapia. Le ministre a indiqué qu’une prime incitative a été proposée dans le cadre du PLF 2024 estimée à 50 DA/kg de tilapia produit localement, une mesure visant à encourager les entrepreneurs et les jeunes à investir dans cette filière.

En plus de cette prime, poursuit le ministre, les entrepreneurs bénéficieront de l’accompagnement des services du ministère dans les différentes étapes y compris la commercialisation. L’aquaculture bénéficiera de plusieurs incitations et avantages fiscaux au profit des investisseurs dans le nouveau PLF, notamment l’exonération des droits douaniers et l’application du taux réduit de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’importation des aliments de l’aquaculture, selon les explications fournies.

Autres mesures proposées, l’exonération de la TVA dans les ventes de tilapia par les producteurs locaux et l’application du taux réduit de TVA à 9% dans la vente de ce type de poisson par les transformateurs.

A cette occasion, M. Badani a mis en exergue «l’importance majeure qu’accorde les pouvoirs publics à l’implication des jeunes et à leur accompagnement dans le développement de son secteur, étant une de ses plus importantes composantes», relevant que «l’âge d’environ 60% de marins ne dépasse pas les 40 ans». Dans le même contexte, le ministre a fait état d’une augmentation du nombre de projets d’aquaculture, marine et continentale, au cours de l’année en cours, atteignant 127 projets, dont la majorité dirigés par des jeunes.

Dans le domaine de la formation, le nombre d’étudiants formés a atteint 12.515 étudiants, et ce, dans les différentes filières de la pêche et de l’aquaculture, dont 2.092 formés dans le domaine de la pisciculture intégrée à l’agriculture, notamment l’élevage du tilapia rouge, selon le ministre.

Lors de cette rencontre de coordination, les deux parties ont convenu de signer, dans les jours à venir, un accord-cadre entre le ministère de la Pêche et des Productions halieutiques et le Conseil supérieur de la jeunesse, prévoyant la création des commissions locales de prise en charge des préoccupations des jeunes. Cet accord-cadre a, également, pour objectif d’intensifier la coordination et de renforcer la coopération entre les deux parties, afin d’assurer un meilleur accompagnement des jeunes, notamment en termes de formation et d’investissement, et de fournir l’orientation et le soutien nécessaires à la réussite de leurs projets liés à la pêche et à l’aquaculture.

Par Sirine R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *