28/05/2024
ACTUALITENATIONAL

Dangers du mauvais usage des réseaux sociaux: Lancement d’une vaste campagne de sensibilisation

Le ministre des Postes et des Télécommunications, Karim Bibi-Triki, accompagné du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Kamal Baddari, a donné, samedi à Alger, le coup d’envoi officiel de la campagne nationale de sensibilisation sur les dangers du mauvais usage des réseaux sociaux.

Organisée en coopération avec l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information, cette campagne verra l’organisation durant une semaine (du 4 au 10 mai courant) de plusieurs actions de sensibilisation à travers le pays  sur les dangers liés à la mauvaise utilisation des réseaux sociaux.  En effet, tous les secteurs, institutions de l’Etat, services de sécurités (gendarmerie nationale et DGSN) et acteurs de la société civile seront mobilisés pour réussir cette campagne de grande importance. Cette campagne, à caractère de sensibilisation, vise à fournir aux utilisateurs des réseaux sociaux des recommandations préventives et des bonnes pratiques pour réduire la gravité des risques auxquels ils sont confrontés dans ces espaces virtuels, notamment ceux liés à la fraude et à la tromperie, en plus de contribuer pour éviter leurs effets négatifs sur la formation de l’individu.

Dans son discours, le ministre Karim Bibi-Triki a expliqué qu’au cours des quatre dernières années, notre pays a réalisé des progrès significatifs dans la mise en œuvre du programme élaboré en application des engagements du Président de la République, dans son aspect lié au renforcement des infrastructures de communication et généraliser l’accès aux médias et aux technologies de communication et à Internet en particulier, en soulignant que l’utilisation généralisée d’Internet parmi nos citoyens, avec ses nombreux avantages et ses grands bénéfices, «ne doit pas nous détourner des dangers auxquels sont confrontés les utilisateurs des médias sociaux et les consommateurs de leurs contenu en streaming abondant, car ce dernier comporte souvent des aspects négatifs et des menaces qui peuvent nuire grandement à ceux qui ne sont pas conscients de leurs dangers ou de leurs risques»..

Les services de sécurité tirent l’alarme

Les chiffres de cyberattaques révélés hier par les services de sécurités font froid au dos. Durant la période de 2017 à 2023, pas moins de 29 286 d’affaires ont été signalées, dont 39% liés à des atteintes à la vie privée, selon les chiffres de la DGSN. Dans son exposé, le commissaire Belkheir Amine a fait savoir que 23 553  affaires ont été traitées avec succès par les services de la DGSN avec un taux de 79,49%. Pas moins de 31 414  impliqués dans ces affaires ont été arrêtés et l’enregistrement de 24 325 victimes. L’intervenant qui s’exprimait lors d’une conférence organisée à la Faculté des Sciences de l’Information et de la Communication – Université d’Alger 3, a noté que le nombre de cas est en courbe ascendante depuis 2017, en passant de 2130 affaires liées à la cebyrsécurité à 5138 affaires en 2023 ! Des indicateurs inquiétants nécessitant des actions préventives afin de réduire le nombre de cas de ce genre, notamment avec l’expansion d’utilisation d’internet  et le développement de nouveaux services digitaux. Pour sa part, le représentant de la Gendarmerie nationale, Capitaine Attafi Mohamed amine a tiré la sonnette d’alarme sur l’ampleur de la cébyrsécurité dans notre pays, notamment sur les affaires en liant avec l’escroquerie. Il a recommandé aux usagers des réseaux sociaux d’être prudents, en évitant le partage de données personnelles, le non paiement de marchandises avant d’être réceptionnées et d’éviter l’accès à des sites non sécurisé.

Par ailleurs, et fin d’atteindre les objectifs de cette campagne, de riches programmes ont été établis au niveau des différents wilayas du pays qui comprennent un certain nombre d’activités et d’événements de quartier, notamment au niveau des universités, des écoles et instituts supérieurs, des établissements d’enseignement, centres de formation professionnelle, centres culturels islamiques et écoles coraniques…

Des espaces et pavillons seront également attribués au niveau des lieux publics, dans le but de sensibiliser les citoyens aux dangers de l’utilisation abusive des réseaux sociaux et de les informer des méthodes et recommandations pour les prévenir, ainsi que d’échanger des expériences et des discussions. Les expériences réelles des victimes de risques résultant des réseaux sociaux seront également collectées et partagées. En outre, des interventions et des sessions télévisées et radiophoniques seront programmées dans divers médias, en plus des flashs médiatiques qui seront également diffusés sur les réseaux sociaux.

Par Zahir R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *