17/06/2024
AGRICULTURE/PÊCHE

La campagne de pêche au thon rouge lancée

Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Ahmed Badani, a donné, jeudi depuis le port de Gouraya à Tipasa, le coup d’envoi de la campagne de pêche au thon rouge pour l’année 2024, à laquelle participent 34 thoniers, a indiqué un communiqué du ministère. Lors d’une allocution prononcée à l’occasion, le ministre a précisé que le quota de l’Algérie de thon rouge, approuvé par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA), avait été revue à la hausse (2.046 tonnes contre 2.023 l’année dernière), ce qui a « permis à l’Algérie de percevoir des revenus, hors hydrocarbures, estimés à 27 millions de dollars ». La campagne de pêche au thon rouge revêt une importance cruciale, compte tenu des revenus qu’elle génère en devise, et constitue une opportunité « annuelle » pour promouvoir la rentabilité des navires de pêches, créer des emplois, et qualifier les équipages, notamment à travers de pêche en haute mer, sur laquelle le secteur mise pour augmenter la production halieutique. A cet égard, M. Badani a rappelé que « l’Algérie a inscrit pour la première fois, une ferme d’engraissement du thon rouge dans son plan de pêche, présenté lors de la dernière réunion de la CICTA, et dont l’entrée en exploitation est prévue pour la prochaine saison de la pêche au thon ». Selon le ministre, ce projet devrait garantir « une meilleure maitrise des prix, notamment en cas d’éventuelles fluctuations au niveau des marchés internationaux, tout en permettant à l’Algérie d’amorcer une nouvelle étape de développement de cette filière, de la fabrication des navires, jusqu’à l’engraissement et la commercialisation du thon aux marchés internationaux ». La campagne de pêche au thon au titre de l’année 2024 coïncide avec la promotion de l’Algérie, pour la première fois, à la 1ère catégorie au classement de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM), relevant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *