21/02/2024
AFRIQUE

Les palestiniens ont récupéré 900 000 billets de banque des décombres

Afin de récupérer et de sauver plus de 900 000 billets de banque noyés sous les décombres, des banquiers palestiniens ont mené une opération très complexe et confidentielle dans le nord de la bande de Gaza. Ils ont réussi à les récupérer et à les déplacer en lieu sûr.

Selon les détails publiés exclusivement par le journal britannique « Financial Times », l’opération s’est achevée avec succès mardi dernier, puisque les banquiers qui se trouvaient à bord d’un convoi de véhicules ont pu récupérer des billets d’une valeur d’environ 180 millions de shekels en espèces (50 millions de dollars américains).

Le journal britannique affirme que les billets pesant plus d’une tonne ont été transportés et conservés dans une cache sécurisée dans deux succursales de la Banque de Palestine dans certaines des zones les plus dévastées de la bande de Gaza assiégée, où il ne reste aujourd’hui qu’un seul bâtiment intact et pas un seul guichet automatique bancaire.

Inquiets du manque croissant de liquidités dans le sud de Gaza, où la majorité des 2,3 millions d’habitants de l’enclave ont fui et où sont désormais basés la plupart des bénéficiaires de l’aide humanitaire, les responsables de la Banque de Palestine ont vu la trêve comme une opportunité afin de récupérer une grande partie des billets bloqués dans le nordqui pourraient être perdus et contribuer à éviter l’effondrement économique.

L’opération de sauvetage, baptisée ConOps-Gaza, a nécessité une planification approfondie, selon le Financial Times, car elle a nécessité l’obtention du soutien des Nations Unies, une surveillance intensive, en plus de l’obtention d’un permis du colonisateur, ainsi qu’un permis des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne.Les quelque 900 000 billets suffisaient à remplir un conteneur d’expédition.

Un convoi inhabituel…

Une fois la mission terminée, les billets sont désormais disponibles et en circulation dans le sud de Gaza, où des efforts sont déployés chaque jour pour maintenir la circulation des liquidités face aux intenses bombardements de l’état sioniste.

Alors que les roquettes tombaient massivement sur Gaza pendant une grande partie des deux derniers mois, les employés de la banque conduisaient des voitures privées vers des succursales fermées, prenaient de l’argent dans les coffres-forts et remplissaient les distributeurs automatiques pour les faire fonctionneravec de fréquentes interruptions.

Un responsable de la Banque de Palestine a déclaré : « Nous avons fait cela via des distributeurs automatiques et des succursales situés dans des zones relativement sûres », notant que seuls six distributeurs automatiques de la Banque de Palestine fonctionnaient dans le sud et le centre de Gaza.Parfois, les employés ont recours à des transferts secrets d’argent entre les succursales et les distributeurs automatiques.

Les mesures prises par les banques palestiniennes visent à atténuer la crise économique de Gaza, dépendante de l’argent liquide, alors que la population assiégée est confrontée à la hausse des prix,  à de graves pénuries alimentaires et à la menace constante de bombardements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *