21/02/2024
INTERNATIONAL

Pétrole, gaz et charbon: La demande mondiale devrait atteindre son maximum d’ici 2030

Selon l’Agence internationale de l’énergie, la demande mondiale de combustibles fossiles devrait atteindre son maximum d’ici à 2030, en raison de l’augmentation du nombre de voitures électriques sur les routes et de la croissance plus lente de l’économie chinoise, qui s’oriente vers des énergies plus propres, ce qui remet en cause la justification d’une augmentation des investissements.

Le rapport de l’AIE, qui conseille les pays industrialisés, contraste avec le point de vue de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui prévoit une augmentation de la demande de pétrole bien après 2030 et appelle à des investissements de plusieurs milliards dans le secteur pétrolier.

Dans son rapport annuel « World Energy Outlook » publié mardi, l’AIE indique que les pics de la demande de pétrole, de gaz naturel et de charbon sont visibles cette décennie dans son scénario basé sur les politiques actuelles des gouvernements – c’est la première fois que cela se produit.

« La transition vers les énergies propres est en cours dans le monde entier et rien ne pourra l’arrêter. Ce n’est pas une question de « si », c’est juste une question de « quand » – et le plus tôt sera le mieux pour nous tous », a déclaré le directeur exécutif de l’AIE, Fatih Birol.

« Les gouvernements, les entreprises et les investisseurs doivent soutenir la transition vers les énergies propres plutôt que de l’entraver.

Toutefois, l’AIE a également déclaré qu’en l’état actuel des choses, la demande de combustibles fossiles devrait rester beaucoup trop élevée pour que l’objectif de l’accord de Paris de limiter la hausse des températures moyennes mondiales à 1,5 degré Celsius puisse être atteint.

« Cela risque non seulement d’aggraver les impacts climatiques après une année de chaleur record, mais aussi de compromettre la sécurité du système énergétique, qui a été conçu pour un monde plus frais avec moins d’événements météorologiques extrêmes », a déclaré l’agence dans un communiqué.

D’ici à 2030, l’AIE s’attend à ce qu’il y ait près de dix fois plus de voitures électriques sur les routes du monde entier, et elle a cité les politiques de soutien aux énergies propres dans les marchés clés pour peser sur la demande future de combustibles fossiles.

Par exemple, l’AIE s’attend désormais à ce que 50 % des nouvelles immatriculations de voitures aux États-Unis soient électriques en 2030, contre 12 % dans ses perspectives d’il y a deux ans, en grande partie grâce à la loi américaine sur la réduction de l’inflation.

L’AIE constate également que le rôle de la Chine en tant que principale source de croissance de la demande d’énergie évolue.

Alors qu’au cours de la dernière décennie, la Chine représentait près des deux tiers de l’augmentation de la consommation mondiale de pétrole, l’élan de sa croissance économique s’essouffle et le pays est une « puissance énergétique propre », selon le rapport, qui ajoute que plus de la moitié des ventes mondiales de véhicules électriques en 2022 se feront en Chine.

Selon l’AIE, la clé d’une transition ordonnée est d’augmenter les investissements dans tous les aspects d’un système d’énergie propre, plutôt que dans les combustibles fossiles.

« La fin de l’ère de croissance pour les combustibles fossiles ne signifie pas la fin des investissements dans les combustibles fossiles, mais elle réduit la justification de toute augmentation des dépenses », indique le rapport de l’AIE. Un rapport de l’OPEP publié au début du mois a déclaré que les appels à l’arrêt des investissements dans de nouveaux projets pétroliers étaient « malavisés » et « pourraient conduire à un chaos énergétique et économique ».

R I.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *