25/05/2024
ACTUALITENATIONAL

Préparatifs pour le mois de ramadhan: Des mesures pour éviter toute perturbation

Le plan spécial ramadhan est fin prêt. Une batterie de mesures ont été prises par le gouvernement  visant à assurer un approvisionnement régulier des marchés et  à stabiliser les prix des différents produits surtout de large consommation.

La commission nationale intersectorielle composée des ministères du Commerce,  de l’Industrie et de l’Agriculture, s’est réunie mardi à Alger, pour apporter les dernières retouches au plan du gouvernement pour éviter toute perturbation durant le mois sacrée, dont la consommation devait augmenter. Lors de cette réunion les responsables des trois ministères en présence des Pdg de groupes publics et cadres du ministère de l’Intérieur, ont passé en revue les niveaux de production et de stockage de différents produits. A l’ordre du jour de la rencontre, il était également inscrit la présentation du planning des opérations d’importation, de déstockage des produits agricoles et d’étudier les possibilités d’étendre les réseaux de distribution des entreprises publiques, entre autres le groupe Agrodiv, notamment vers les wilayas du Sud.

Dans son allocution, le ministre du Commerce, Tayeb Zitouni, a précisé que cette rencontre vise à évaluer les actions entreprises et les modalités qui contribueront à définir «la stratégie nationale d’approvisionnement et de régulation du marché avec l’objectif de parvenir à une stabilité permanente, loin de tous les tracas dont souffraient les citoyens». Il a souligné, au passage que la préservation du pouvoir d’achat a toujours été parmi les préoccupations et les priorités inscrites dans le programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Ceci a été, d’ailleurs, consacré et consolidé en vertu de la loi de finances 2024 avec ses mesures d’assouplissement, citant entre autres la réduction de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur un certain nombre de produits de large consommation pour assurer leur disponibilité à des prix concurrentiels,  dont le but est de fournir des produits à des prix raisonnables.

Afin d’atteindre ces objectifs, le ministère du Commerce a adopté une démarche participative, en association les différents acteurs  et intervenants dans tout cette chaîne, en passant de la production, la distribution et enfin la commercialisation du produit au consommateur. « En application des résultats des réunions gouvernementales, notre ministère, en coordination avec les secteurs ministériels concernés, a adopté une approche participative et consultative en organisant des réunions de coordination pour tracer une feuille de route unifiée à cet égard, qui sera élargi pour inclure les différentes divisions productives, les gestionnaires des marchés de gros des légumes et des fruits et les associations professionnelles de commerçants», explique le ministre. Il n’a pas manqué de souligner que des progrès significatifs en matière de stabilisation du marché sont enregistrés grâce aux efforts consentis à travers «la solidarité des différents ministères concernés». D’ailleurs, la plupart des wilayas ont connu une stabilité dans l’abondance des produits», affirme le ministre, en se basant sur des rapports réels et du terrain.  Pour illustrer ses proposes, il a cité l’exemple du nombre des  communes qui avaient connu des perturbations en approvisionnement en huile et sucre, en passant de 167 localités à zéro commune actuellement. Même chose pour l’approvisionnement des communes en lait, dont seulement huit (8) communes sis dans l’extrême Sud  connaissent des perturbations en la matière, indique le ministre, en annonçant que le Président Tebboune a ordonné de l’approvisionnement des citoyens de ces localités avec le lait en poudre subventionné.

Concernant la semoule, le ministre affirme que le marché ne connait aucune perturbation. Pour les légumes secs, le marché connaît également une stabilité en matière d’approvisionnement, à l’exception des haricots et pois chiches (calibre 12). Des quantités importantes seront importées, assure-t-il.  Durant cette année, un stock de 790 000 tonnes de légumes sec a été constitué, soit presque le double de l’année précédente qui a été de l’ordre de 350 000 tonnes de différentes légumineuses. Quant à l’approvisionnement du marché en viandes rouges et blanches par les opérateurs privés et publics,  le ministre a noté que 7 375 tonnes ont été importées en janvier 2024, contre 2501 tonnes en 2023. Les opérations d’importation se poursuivent et le marché sera bien approvisionné en viandes rouges et blanches, assure Zitouni. Cela s’ajoute à l’approvisionnement des wilayas du Sud en viande rouge importée dans le cadre du troc. « Nous avons enregistré l’entrée de 284 892 têtes en 2023, ce qui reflète une évolution très tangible de l’entrée de bétail, par rapport à l’année 2022 (141 995 têtes) et à l’année 2021 avec 36 277 têtes seulement.

S’agissant de l’ouverture des marchés de proximités, le ministre a annoncé que  plusieurs marchés de proximité seront ouverts 15 jours avant l’entame du mois de Ramadhan.  «Au maximum, leur ouverture sera vers le 20 février», a-t-il précisé. Avant de conclure, le ministre a appelé à la mobilisation de tous les commerçants qui sont le pilier du marché national, et de participer efficacement à la réussite de ce plan pour atteindre les objectifs souhaités. Il a ainsi appelé à la rationalisation de la consommation et d’éviter les comportements de gaspillages.

Par Zahir R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *