21/02/2024
ACTUINTERNATIONAL

FAO: Baisse de 13,7% des prix alimentaires mondiaux en 2023

Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont baissé de 13,7% en 2023 par rapport à l’année précédente, avec un repli marqué pour les huiles végétales et les céréales, a indiqué vendredi
l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’indice des prix des denrées alimentaires calculé par la FAO, qui suit la variation des cours internationaux d’un panier de produits de base, est en baisse de 15,4% sur l’année pour les céréales, «reflétant des marchés
mondiaux bien approvisionnés», contrastant avec la flambée des prix de 2022 liée à la crise en Ukraine. Ce repli est d’autant plus notable pour les céréales, blé et maïs en tête,
que l’indice FAO des prix du riz a lui augmenté de 21% sur cette période, en grande partie en raison des inquiétudes concernant l’impact potentiel du phénomène climatique El Nino sur la production mondiale et du fait de restrictions à l’exportation imposées par l’Inde. La plus forte baisse vient des huiles végétales, qui chutent de 32,7% en 2023, par rapport à 2022. Un repli qui se poursuit en décembre, «l’huile de soja en particulier étant affectée par un ralentissement de la demande du secteur du biodiesel ainsi que par l’amélioration des conditions météorologiques dans les principales zones de culture du Brésil», précise la FAO.

Le sucre est la seule production à échapper au repli général annuel avec 26,7% de hausse. Mais il a finalement lui aussi entamé un reflux: en décembre, l’indice est en baisse de 16,6% par rapport à novembre, atteignant son «niveau le plus bas en neuf mois».

La chute des cours du sucre est «principalement due au rythme soutenu de la production au Brésil, ainsi qu’à la réduction de l’utilisation de la canne à sucre pour la production d’éthanol en Inde», souligne l’organisation onusienne.

Par ailleurs, l’Indice FAO des prix de la viande a fléchi de 1,0 pour cent par rapport à novembre, tombant ainsi à un niveau inférieur de 1,8 pour cent à celui de décembre 2022, sous l’effet de la faiblesse persistante de la demande à l’importation de viande de porc en Asie. L’intérêt des acheteurs de la région pour la viande de bovins et la volaille s’est également amoindri, malgré l’abondance des disponibilités exportables dans les grandes régions de production. En revanche, les prix de la viande d’ovins ont augmenté à l’approche des fêtes de fin d’année.

À l’inverse, l’Indice FAO des prix des produits laitiers a progressé de 1,6% par rapport à novembre, mais sa valeur était encore inférieure de 16,1 pour cent à celle de décembre 2022. La progression mensuelle est principalement due à la hausse des cours du beurre et du fromage, qui s’explique par la vigueur des ventes internes en Europe de l’Ouest à l’approche des fêtes de fin d’année. En outre, une forte demande mondiale à l’importation a tiré vers le haut les prix internationaux du lait entier en poudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *