17/06/2024
ACTUALITEENERGIE

L’OPEP relève légèrement sa prévision de croissance

L’OPEP a déclaré lundi que les fondamentaux du marché pétrolier restaient solides et a accusé les spéculateurs d’être à l’origine d’une chute des prix, tout en relevant légèrement sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2023 et en s’en tenant à sa prévision relativement élevée pour 2024.

Le prix du pétrole s’est affaibli pour atteindre environ 82 dollars le baril de Brent, alors qu’il avait atteint en septembre un sommet de 98 dollars pour l’année 2023. Les inquiétudes concernant la croissance économique et la demande ont pesé sur les prix, malgré le soutien apporté par les réductions de l’offre de l’OPEP et de ses alliés, et les conflits au Moyen-Orient.

Dans un rapport mensuel, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a toutefois déclaré que le marché était sain malgré des «sentiments négatifs exagérés», citant les fortes importations chinoises, les risques mineurs de baisse de la croissance économique et un marché physique du pétrole robuste. «Les données récentes confirment la solidité des grandes tendances de la croissance mondiale et la bonne santé des fondamentaux du marché pétrolier», a déclaré l’OPEP dans un article de fond au début de son rapport.

«Les prix du pétrole ont eu tendance à baisser ces dernières semaines, principalement sous l’impulsion des spéculateurs des marchés financiers», ajoute la même source.

Dans le rapport, l’OPEP a revu à la hausse ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole en 2023 à 2,46 millions de barils par jour (bpj), soit 20 000 bpj de plus que la prévision précédente. En 2024, l’OPEP prévoit une augmentation de la demande de 2,25 millions de bpj, inchangée par rapport au mois dernier.

La levée des restrictions liées à la pandémie en Chine a contribué à l’augmentation de la demande de pétrole en 2023. L’OPEP a toujours prévu une croissance plus forte de la demande pour l’année prochaine que d’autres prévisionnistes tels que l’Agence internationale de l’énergie.

L’OPEP et ses alliés, connus sous le nom d’OPEP+, réduisent leur production depuis la fin de 2022 pour soutenir le marché.

Toutefois, le rapport de l’OPEP indique également que la production de pétrole de l’OPEP a augmenté en octobre malgré les promesses de réduction de l’offre, grâce à des augmentations en Iran, en Angola et au Nigéria. Elle est augmenté de 91.000 barils par jour (bpj) pour atteindre 22,891 millions de bpj.

Dix pays de l’Opep, membres de l’Opep+, devaient réduire leur production de 1,273 million de bpj pour atteindre 25,416 millions de bpj dans le cadre de l’accord à partir d’octobre 2022. En octobre, la production réelle de ces pays s’est élevée à 22,891 millions de bpj, soit 2,525 millions de bpj de moins que le niveau prévu par l’accord Opep+.

Cependant, les paramètres de l’accord Opep+ ne tiennent pas compte des réductions volontaires de la production auxquelles un certain nombre de pays Opep+, y compris certains pays de l’Opep, adhéreront à partir de mai 2023 jusqu’à la fin de 2024. Ces réductions totalisent 1,66 million de bpj. Par ailleurs, l’Arabie saoudite réduira sa production d’un million de bpj supplémentaire à partir de juillet jusqu’à la fin de l’année 2023.

Par Z R/Agence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *