21/04/2024
INTERNATIONAL

Malgré une baisse en mars: L’inflation est « généralisée » aux Etats-Unis

Une gouverneure de la banque centrale américaine a alerté en fin de semaine dernière sur une inflation « généralisée dans l’économie » américaine. Selon Lisa Cook, le chemin vers une hausse des prix plus mesurée pourrait être long et connaître des soubresauts. La Fed décidera en début de semaine prochaine, lors de sa réunion, si elle relèvera une nouvelle fois ses taux.

L’inflation aux États-Unis a ralenti à 5% sur un an en mars, au plus bas depuis presque deux ans, selon l’indice CPI publié la semaine dernière. Reste que l’institution privilégie une autre mesure, l’indice PCE, dont les chiffres pour mars seront publiés le 28 avril. La gouverneure anticipe un chiffre légèrement supérieur à 4%. Dans un cas comme dans l’autre, ces chiffres sont toujours trop élevés par rapport à l’objectif de 2% poursuivi par la Fed.


Les différentes mesures permettant de calculer l’inflation « ont dépassé leurs sommets, mais restent élevées, ce qui suggère que l’inflation s’est généralisée dans l’économie », a déclaré Lisa Cook dans un discours à l’Université Georgetown, à Washington, vendredi dernier.

Un objectif à 2%

« La grande question, cependant, est de savoir si, et à quelle vitesse, l’inflation poursuivra sa trajectoire à la baisse vers notre objectif de 2% », a-t-elle poursuivi.

« Jusqu’à présent, la majeure partie de la baisse a été due à la modération des prix de l’énergie », a-t-elle précisé, ajoutant que « le chemin du retour vers notre objectif d’inflation faible et stable pourrait être long et probablement inégal et cahoteux ».

C’est en effet la baisse des prix de l’énergie qui a favorisé le tassement de l’inflation générale en mars : -3,5% sur le mois et -6,4% sur un an. En revanche, les loyers et les prix des logements ont continué d’augmenter nettement (+0,6% sur un mois), de même que les transports (+1,4%).

Une nouvelle hausse de taux à venir ?

Pour juguler l’inflation et la faire justement redescendre à 2%, la Fed relève son taux directeur depuis le printemps 2022. Cette politique de resserrement monétaire pousse les banques commerciales à proposer à leurs clients des crédits à des taux plus élevés, afin de faire ralentir la consommation et in fine, de desserrer la pression sur les prix.

Les taux se situent actuellement dans une fourchette comprise entre 4,75 à 5,00% – au plus haut depuis 2007 – et la majeure partie des acteurs du marché table sur une nouvelle hausse d’un quart de point, selon l’évaluation de CME Group. La prochaine réunion de la Fed, où sera prise la décision de remonter une nouvelle fois, les taux aura lieu les 2 et 3 mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *