21/04/2024
REGIONS

Nâama: Enregistrement de plus de 30 mémoires de fin d’études ouvrant l’accès à un certificat de startup

L’incubateur des affaires du Centre universitaire Salhi-Ahmed de Nâama a recensé, durant l’année universitaire 2022-2023, pas moins de 36 mémoires de fin d’études ouvrant l’accès à l’obtention d’un label de startup, a-t-on appris lundi auprès  de l’incubateur.

L’accompagnement de 36 projets de recherche a été enregistrée via la plate-forme « projet innovant » destinée aux étudiants en fin du cursus universitaire au Centre universitaire Salhi-Ahmed de Nâama, en vue de leur permettre d’obtenir un label de startup, a indiqué le responsable de l’incubateur, Berrah Nacer Ali, en marge d’une journée d’information et de sensibilisation sur « le guide du projet pour obtenir le label de startup ».

Ces mémoires de fin d’études ont été acceptés sur évaluation initiale par les membres du comité scientifique de l’incubateur, a-t-on fait savoir, notant que chaque projet concerne un groupe de travail allant jusqu’à 6 étudiants.  Les projets de mémoire de fin d’études pour l’obtention d’un label de start-up émergente se répartissent sur la licence et le master en spécialités de Techno logie, Sciences, Sciences de gestion, Sciences économiques et commerciales, Droit, Sciences politiques, Sciences humaines et sociales, selon la même source. La direction du CU de Nâama a réservé des espaces équipés au niveau des laboratoires de recherche aux étudiants pour leur permettre de développer leurs idées innovantes et leur concrétisation à travers la création de startup et de bénéficier d’ une assistance pour des formations au niveau d’entreprises économiques où leurs solutions innovantes sont exploitées selon le besoin, en plus de bénéficier de différents dispositifs de soutien et de financement mis en place par l’Etat, a-t-on ajouté.

 La journée d’information, où des orientations et des conseils techniques ont été présentées aux étudiants, s’est déroulée en présence de représentants de dispositifs de soutien technique et de financement, à l’instar de l’Agence nationale de gestion du micro-crédit (ANGEM) et l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *