01/03/2024
ACTUNATIONAL

Risques majeurs et gestion des catastrophes: Une nouvelle loi en préparation

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, a présenté, lundi, devant la Commission des Affaires juridiques, administratives et des libertés de l’Assemblée populaire nationale (APN), l’avant-projet de loi relative à la prévention des risques majeurs et la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable. Soulignant que ce texte de loi intervient dans le cadre de la concrétisation des 54 engagements du président de la République, le ministre a indiqué que les objectifs de cette loi visent à assurer un cadre de vie qualitatif et respectueux des exigences du développement durable, à préserver l’environnement, à préserver la propriété et à protéger les richesses.

Dans son exposé, le ministre a souligné que ces dernières années, l’Algérie a subi de nombreuses catastrophes naturelles ayant engendré d’importants coûts pour le Trésor public. Des coûts évalués à 35 milliards de dinars par an. En effet, les dépenses publiques destinées à faire face aux catastrophes en Algérie, notamment les inondations, les séismes et les feux de forêt ont dépassé une moyenne de 225 millions de dollars/ans durant les 15 dernières années.

Ce qui nécessite une révision complète du cadre législatif relatif aux grands risques. « Les expériences antérieures ont mis en lumière les insuffisances et les carences du cadre juridique » a mis en exergue le ministre, soulignant la nécessité de « de passer d’une approche réactive et de gestion de crise à une approche prospective plus efficace et moins coûteuse ». Selon le ministre, le projet de loi contient 24 nouveaux articles et 66 articles amendés. A cet effet, la nouvelle loi prévoit de porter de 10 à 18 la nomenclature des dangers en incluant ceux liés au changement climatique, à la cybernétique, au danger acridien et aux biotechnologies.

Ainsi, le nouveau texte permet d’intégrer la gestion participative des risques, la prévention en intégrant les nouvelles technologies et la numérisation. En outre, il est question de la révision du système d’assurance contre les catastrophes naturelles et les risques majeurs, en le rendant plus attractif et flexible aussi bien lors de la souscription que de l’indemnisation.

Agence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *