28/05/2024
AFRIQUE

Compagnies aériennes africaines: Hausse du trafic aérien de 18,5% en janvier 2024

L’IATA annonçait 2024 comme l’année des meilleurs records pour les compagnies aériennes africaines depuis la Covid-19. Le trafic devrait égaler voire dépasser les niveaux d’avant la pandémie, et générer des flux de trésorerie salvateurs pour certains transporteurs.

L’aviation civile africaine a démarré 2024 sur les chapeaux de roues, avec une hausse de trafic de 18,5% en janvier, en glissement annuel. Selon dernier rapport mensuel de l’IATA, il s’agit de la 2ème meilleure performance par région derrière l’Asie-Pacifique dont les transporteurs ont enregistré une augmentation de trafic de 45,4%. L’Afrique ne représente toutefois que 2,1% du marché mondial du transport aérien.

Dans les autres régions du monde, la tendance est restée à la hausse chez tous les transporteurs, avec des augmentations de 10,8 % en Europe, de 16,2 % au Moyen-Orient, 12,3 % en Amérique du Nord, et 17,9% en Amérique latine

Les chiffres globaux à l’échelle mondiale révèlent une progression de 16,6 %. Le trafic international s’est majoré de 20,8 % alors que les vols domestiques ont connu une croissance de 10,4 %. La capacité est en hausse de 4,6% et le coefficient d’occupation est de 80,2% (+4,2pt).

La Chine a été d’un poids important dans la réalisation de cette performance en raison du Nouvel An lunaire dont la célébration a engendré une forte demande de voyages sur la période.

L’IATA alerte néanmoins sur certaines contraintes comme les calendriers électoraux chargés en 2024, les impôts et autres qui pourraient menacer le maintien de cette courbe ascendante le long de l’année. « Il y a néanmoins des incertitudes économiques et géopolitiques. Alors que les gouvernements cherchent à renforcer la prospérité de leurs économies au cours de l’année électorale la plus chargée de leur histoire, il est essentiel qu’ils considèrent l’aviation comme un catalyseur de croissance. L’augmentation des impôts et la lourdeur de la réglementation font contrepoids à la prospérité. Les gouvernements devraient élaborer des politiques qui aident l’aviation à réduire les coûts, à améliorer l’efficacité et à progresser vers la neutralité carbone d’ici 2050 » a déclaré Willie Walsh, DG de l’IATA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *