16/04/2024
ACTUNATIONAL

Diplomatie: Les relations algéro-italiennes se renforcent de plus en plus

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé que les relations avec l’Italie, qui remontent à la période d’avant l’indépendance, se renforcent de plus en plus, précisant que les deux pays ont toujours entretenu de bonnes relations.

Il a, dans ce sens, rappelé les accords de bon voisinage et de partenariat stratégique liant les deux pays depuis l’indépendance, soulignant que l’Algérie « est un pays qui garde en mémoire les bonnes actions à son égard et qui n’oublie point le mal qu’on lui fait, sans pour autant rendre la pareille ».

Evoquant les relations algéro-espagnoles, le président de la République a estimé que l’Espagne avait fait un faux pas concernant la question sahraouie, le qualifiant d' »acte inamical ».

Les relations algéro-espagnoles « ne sont pas au beau fixe » et l’Algérie n’est pas responsable de cette situation, a précisé le Président Tebboune.

Cela étant, les relations de l’Algérie avec le peuple espagnol sont « bonnes à ce jour » et « notre respect pour le roi d’Espagne est total, et il le sait », a affirmé le Président Tebboune, rappelant que l’Algérie avait gelé mais pas annulé les accords de bon voisinage avec l’Espagne.

S’agissant des relations algéro-américaines, le président de la République a affirmé que les Etats-Unis qui sont « une grande puissance », savent que l’Algérie est un « pays influent » en Afrique, dans le monde arabe et en Méditerranée.

« Que les Etats-Unis sachent que nous sommes un pays ami sans parti pris avec quiconque », a poursuivi le président de la République, rappelant que les Etats-Unis avaient soutenu l’Algérie et son peuple après l’indépendance.

Concernant sa visite en Russie, prévue au mois de mai et la possibilité de proposer une solution à la crise ukrainienne, le Président Tebboune a indiqué que la diplomatie algérienne est « une diplomatie silencieuse », annonçant par la même la décision de réouverture de l’ambassade d’Algérie à Kiev (Ukraine).

« Une décision a été prise avec le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, de rouvrir à partir de la semaine prochaine l’ambassade d’Algérie dans la capitale ukrainienne, Kiev, après sa fermeture pour des raisons sécuritaires », a-t-il précisé.

Evoquant les relations avec la Russie, le président de la République a affirmé que ces relations sont « connues de tous », qualifiant les relations avec l’Ukraine d' »ordinaires ».

que l’Algérie était en passe de retrouver son lustre diplomatique, précisant que tous les pays qui traitent avec l’Algérie reconnaissent en elle une source de stabilité.

Dans son entrevue périodique avec des représentants de médias nationaux, diffusée vendredi soir sur les chaines de télévision et stations de radio nationales, le Président Tebboune a assuré que la diplomatie algérienne était sous-tendue par une forte économie et une stabilité sécuritaire.

« Tous les pays qui traitent avec l’Algérie reconnaissent en elle une source de stabilité, même si des soubresauts nerveux agitent des régions à ses frontières », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, le Président Tebboune a évoqué l’organisation par l’Algérie du Sommet arabe en novembre dernier, soulignant que « toute échéance organisée par l’Algérie revêt une valeur spéciale, aussi bien au plan africain qu’européen ou méditerranéen », grâce à « l’histoire de l’Algérie, digne de respect », rappelant le « faux pas imprévisible » de la diplomatie algérienne durant la dernière décennie.

Par ailleurs, le président de la République a évoqué les aides algériennes destinées aux pays africains à travers l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, indiquant qu’elle serait destinée au financement de projets de développement dans nombre de pays africains.

Concernant la crise libyenne, le Président de la République a affirmé que toutes les « anciennes » méthodes testées avaient prouvé leur échec et attesté de la justesse de l’approche algérienne en matière de règlement de la crise dans ce pays voisin. Une approche basée sur une solution décidée par les Libyens eux-mêmes, à travers l’organisation d’élections et le choix de leurs représentants.  

S’agissant de la question du Sahara occidental, « en suspens depuis 1975 », le Président Tebboune a rappelé que le Président sahraoui, Brahim Ghali figurait parmi les personnalités ayant pris part aux pourparlers avec la partie marocaine, lesquels étaient sur le point d’aboutir au règlement de cette question durant le règne du Roi Hassan II, mais les choses se sont compliquées par la suite.

Synthèse R I

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *