28/05/2024
REGIONS

In Guezzam: 10 milliards de DA au projet de raccordement de la commune de Tin Zaouatine au réseau d’AEP

Le ministre de l’Hydraulique, Taha Derbal a affirmé, jeudi à Alger, que le projet de raccordement de la commune de Tin Zaouatine (w. In Guezzam) au réseau d’alimentation en eau potable (AEP), a bénéficié, après son étude, d’une enveloppe financière de 10 milliards de DA au titre de la loi de finances 2024.

Lors d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), sous la présidence de M. Ahcene Hani, vice-président de l’APN, en présence de plusieurs membres du gouvernement, le ministre a déclaré, en réponse à une question du député Abdallah Khenissi (El Fadjr El Djadid), sur « le transfert de l’eau potable vers la commune de Tin Zaouatine à partir des nappes d’eaux souterraines de Tagraout dans la wilaya de Bordj Badji Mokhtar sur une distance de 264 km », que ce projet « a été étudié et a bénéficié d’un montant de 10 milliards de DA, en sus de la finalisation des procédures administratives et juridiques nécessaires à sa réalisation, en attendant la levée de certaines réserves dans les jours à venir ».

A une question du député Omar Maamar (MSP) concernant « les plans du ministère pour faire face à l’éventuelle sécheresse du barrage de Sidi Yakoub dans la wilaya de Chlef, en raison de la faible pluviométrie, vu son importance dans l’approvisionnement en eau, notamment pour l’irrigation », M. Derbal a indiqué que ce barrage, d’une capacité de 224 millions de mètres cubes a connu une baisse du niveau d’eau, avec un taux de remplissage estimé actuellement à 23%.

Face à cette situation et en réponse aux demandes des agriculteurs, le ministère de l’Hydraulique avait élaboré une instruction conjointe avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire pour faciliter les procédures d’octroi des permis de forage de puits, la wilaya ayant bénéficié de plus de 530 permis de forage entre 2020 et 2024, a-t-il fait savoir.

Pour assurer d’autres sources d’eau à l’agriculture, le ministre a souligné que son secteur avait mis en place un plan basé sur la réhabilitation et l’extension des systèmes d’assainissement et la réalisation de nouveaux systèmes recourant aux dernières techniques utilisées en matière d’épuration.

Dans ce contexte, la wilaya a bénéficié d’une opération d’un montant de 2 milliards de DA pour l’étude et la réalisation du système d’épuration tertiaire au niveau de la station d’épuration de Chlef, outre le développement des capacités de collecte des eaux usées et des installations de transfert des eaux usées épurées de la station d’épuration vers le grand périmètre d’irrigation du Moyen Chellif.

Répondant à une question du député Hamza Hydra (Mouvement El-Bina) concernant le projet d’aménagement du plateau de Mostaganem sur une superficie de 6000 hectares, M. Derbal a affirmé que ce projet était divisé en deux lots, précisant que les services chargés de ce projet, en l’occurrence l’Office national de l’irrigation et du drainage (ONID), avaient finalisé toutes les procédures légales relatives à ces deux transactions et que les deux lots avaient été attribués à des entrepreneurs.

Il a ajouté que les travaux du premier lot concernant la réalisation des réseaux de captage des eaux et du réservoir d’eau, se sont arrêtés à un taux de 56%, en raison de l’incapacité de l’entreprise chargée de la réalisation de parachever le projet, ce qui a entraîné la résiliation du contrat avec elle.

Quant au deuxième lot, son taux d’avancement est actuellement de 98%, en attendant les essais finaux des canalisations de distribution d’eau, qui sont tributaires du parachèvement des travaux du premier lot, a-t-il poursuivi.

En réponse à une question du député Mohamed Segres (Mouvement El-Bina) sur les mécanismes de réalisation de la sécurité hydrique, le ministre de l’Hydraulique a affirmé que « la stratégie élaborée par son secteur et mise en œuvre à partir du programme important approuvé par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, garantira à court et à long termes la sécurité hydrique et alimentaire en Algérie ».

Cette stratégie repose sur l’exploitation des eaux de surface pour l’eau potable et l’agriculture, la réalisation de forages pour l’exploitation des eaux souterraines à travers le territoire national, et le transfert des eaux des zones les plus riches en cette ressource vers les zones en pénurie hydrique, en sus de l’approvisionnement en eau dessalée des régions côtières et celles situées à moins de 150 km des stations de dessalement d’eau de mer, a expliqué le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *