28/05/2024
ACTUALITEINDUSTRIE

Industrie: Vers une contribution au PIB de 10% en 2027

Le ministre de l’industrie et de la production pharmaceutique, Ali Aoun,  a mis en avant les avancées réalisées dans les différentes filières industrielles à la faveur de la mise en œuvre d’une nouvelle feuille de route visant à développer les filières industrielles à fort potentiel et le renforcement de la chaîne de valeur dans des secteurs tels que l’agroalimentaire, la sidérurgie, la chimie, la mécanique, le textile, les matériaux de construction et l’industrie pharmaceutique. Intervenant au Forum d’El Moudjahid, le ministre a passé en revue les principaux indicateurs du secteur industriel, en affichant ses ambitions pour les années à venir.

En effet, l’objectif de la tutelle est d’hisser la contribution du secteur industriel à 10% au PIB de l’Algérie à l’horizon 2027. Un objectif réalisable, dira le ministre, soulignant que le potentiel existe. Actuellement, la contribution du secteur industriel au PIB national est  estimée à 4,1% en forte croissance par rapport à 2023 ou il était de 3,1%. Cette amélioration de croissance devrait se poursuivre au courant de 2024 pour atteindre entre 6 et 7% en 2025, détaille-t-il.

L’industrie locale a «pour ambition de contribuer de manière plus importante au PIB du pays à travers l’ensemble des secteurs, dont ceux de l’automobile, du ciment, du pharmaceutique et de la transformation, notamment agroalimentaire ».  Dans ce cadre, il a notamment évoqué les secteurs automobile et pharmaceutique, constituant « des marchés demandeurs » pouvant intéresser l’investissement local mais aussi étranger. Autre objectif de cette feuille de route, selon le ministre, la levée des obstacles et les contraintes sur les projets existants, le renforcement des mécanismes d’accompagnement des entreprises industrielles publiques et privées pour améliorer leur compétitivité et la contribution aux réformes visant à relancer l’actif économique non exploité. Le ministre a fait savoir qu’une partie de ces réformes vise à améliorer la gouvernance des entreprises publiques, rappelant, à juste titre, la stratégie de son département ministériel visant à mettre en place un dispositif pour améliorer la gouvernance des groupes publics, notamment avec les contrats de performance.

4 projets pour la production de la levure boulangère

Par ailleurs, le ministre a évoqué les avancées notées au niveau des projets de production d’huile végétale, notamment avec l’usine « El Mahroussa » située à Alger, «qui va bénéficier d’une extension prochainement pour répondre aux besoins d’huile de table».  Il a également évoqué le projet de transformation de sucre à Larbatache (Boumerdès) et quatre projets de production de levure boulangère (Tipaza, Djelfa, Chlef, Oran). « Nous espérons l’entrée en service au moins deux unités de production d’ici fin d’année pour la réduire la facture d’importation qui avoisine les 89 millions de dollars/annuellement», annonce-t-il.

Le ministre a également mis en avant le niveau de production nationale de ciment ayant permis d’exporter pour un montant de 747 millions dollars en 2023. La production de fer et d’acier a également permis à l’Algérie de se classer troisième au niveau arabe dans le secteur, dont la production atteindrait 4,2 millions de tonnes en 2024. En outre, M. Aoun a évoqué l’échéance prévue lors de l’Aid El Kebir permettant le ramassage des peaux de moutons issues du sacrifice. Il a fait savoir que l’an dernier, sur 4 millions têtes sacrifiées 1,2 millions de peaux ont été récupérées. «Cette année, les préparatifs ont débuté depuis un mois pour récupérer plus de peaux que l’année passée afin de fourniture de la matière première au secteur des cuirs», a-t-il indiqué.

Concernant à filière de l’électroménager, le ministre a indiqué qu’après le blocage des importations, cette filière a enregistré un boom  et une croissance entre 120 à 140% couvrant largement le marché local et l’exportation vers au moins 36 pays pour une valeur de 45 millions de dollars en 2023 et devrait augmenter à 50 millions cette année.

La production pharmaceutique en pleine expansion

Evoquant le secteur de la production pharmaceutique, le ministre a indiqué que ce dernier est en pleine expansion et devrait atteindre plus de 4 milliards de dollars durant l’année 2024 selon les prévisions du secteur.

Ali Aoun a fait savoir que la production locale du secteur pharmaceutique, pourvue de près de 300 unités publiques et privées, avait atteint 3,56 milliards de dollars en 2023 et 3,14 milliards de dollars en 2022, notant la progression réalisée sur les dernières années.

 Par ailleurs, le ministre a souligné la régression des chiffres de l’importation dans le secteur, indiquant qu’en 2022 ce chiffre était de 1,422 milliard de dollars, en 2023 il a été de 1,293 milliard dollars et en 2024 il sera réduit à 1 milliard dollars, a-t-il estimé.

De plus, M. Aoun a affirmé qu’il est prévu que l’industrie locale permette d’atteindre 80,48% de taux de couverture du marché pharmaceutique local d’ici la fin de l’année en cours, ajoutant qu’actuellement, le pays produit plus de 3400 molécules de médicaments sur 4500 molécules présentes sur marché national.

Par Sirine R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *