21/02/2024
ANALYSE

L’artère pétrolière la plus importante du monde, le « Détroit d’Ormuz »

La guerre entre Israël et la Palestine a fait naître le spectre d’un conflit régional plus large qui pourrait impliquer l’Iran et d’autres factions régionales. Selon les analystes et les observateurs du marché, ce conflit pourrait inciter les États-Unis à renforcer les sanctions contre l’Iran, ce qui pourrait inciter Téhéran à prendre des mesures de représailles contre les navires naviguant dans le détroit d’Ormuz.

Par A M.

La semaine dernière, le registre des Îles Marshall, l’un des principaux pavillons maritimes au monde, a signalé que les navires ayant des liens avec l’entité sioniste ou les États-Unis pouvaient être confrontés à une menace accrue d’attaque dans les eaux territoriales palestinienne, le Golfe du Moyen-Orient, le détroit d’Ormuz, le golfe d’Oman et les zones de la Mer Rouge.

Qu’est-ce que le détroit d’hormuz ?

Quelques détails qui permettent de comprendre la criticité et l’importance de ce détroit :

Le détroit se situe entre Oman et l’Iran.

Il relie le golfe au nord avec le golfe d’Oman au sud et la mer d’Arabie au-delà.

Il est large de 33 km à son point le plus étroit et la voie de navigation ne fait que 3 km dans les deux sens. Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont cherché à trouver d’autres voies pour contourner le détroit, notamment en construisant d’autres oléoducs vers l’Est à travers l’Arabie Saoudite.

Pourquoi est-ce important ?

Environ un cinquième du volume de la consommation mondiale totale de pétrole passe par le détroit chaque jour. En moyenne, 20,5 millions de barils par jour (bpj) de pétrole brut, de condensats et de produits pétroliers ont transité par Ormuz entre janvier et septembre2023, selon les données de la société d’analyse Vortexa.

L’Arabie saoudite, l’Iran, les Émirats arabes unis, le Koweït et l’Irak, membres de l’OPEP, exportent la majeure partie de leur pétrole brut par le détroit.

Le Moyen Orient renferme 48% des réserves pétrolières mondiales et 40% des réserves gazières.

L’Iran renferme la majeure partie des réserves gazières du Moyen Orient.

Le Qatar, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL), envoie la quasi-totalité de son GNL par le détroit.

Quelque 80 millions de tonnes métriques, soit 20 % des flux mondiaux de GNL, passent par le détroit chaque année, a indiqué Vortexa.

« Si le conflit s’étend à la fermeture du détroit d’Ormuz – le canal de navigation pétrolière le plus fréquenté au monde -, le commerce pétrolier de la région serait interrompu, ce qui ferait monter en flèche les prix du pétrole », a déclaré JP Morgan dans une note publiée cette semaine. « L’Iran a menacé au fil des ans de bloquer le détroit, mais n’est jamais passé à l’acte », a ajouté la banque.

Impact des sanctions américaines

Les États-Unis ont imposé des sanctions à l’Iran afin de stopper ses exportations de pétrole.

L’Iran a menacé d’interrompre les livraisons de pétrole par le détroitd’Ormuz si les États-Unis tentaient d’étrangler son économie.

La 5ème flotte américaine, basée à Bahreïn, est chargée de protéger la navigation commerciale dans la région.

En Méditérranée Orientale, les USA ont stationné une puissance militaire colossale avec leurs deux plus importants porte-avions, dont l’objectif est de soutenir l’armée israélienne, surtout en cas de généralisation du conflit au moyen orient.

Tensions croissantes

L’armée israélienne s’est préparée cette semaine à une invasion terrestre de la bande de Gaza dans le but d’anéantir leHamas, ce qui augmente le risque d’un conflit plus large. Les bombardements israéliens sur la bande de Gaza depuis le 07 Octobre ont déjà fait plus de 4.000 victimes en majorité des civils, détruit la plupart des infrastructures et des habitations de Gaza, et provoqué le déplacement vers le Sud de quelques 700.000 palestiniens.

La conférence initiée par l’Egypte le 21 Octobre au Caire a certes réuni la plupart des dirigeants arabes soutenant la Palestine, et ceux des pays occidentaux les plus importants (USA, Canada, Gde Bretagne, Allemagne, France, Italie, Espagne, etc…) soutenant Israël, s’est terminée sans résultat ni même un communiqué commun.

Le ministre iranien des affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, a appelé le 18 octobre les pays musulmans à imposer un embargo pétrolier et d’autres sanctions contre l’entité sioniste, mais les sources de l’OPEP ont rejeté un tel scénario.

En 1973, les producteurs arabes menés par l’Arabie saoudite ont imposé un embargo sur le pétrole aux pays occidentaux qui soutenaient Israël dans sa guerre contre l’Égypte, visant le Canada, le Japon, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et les États-Unis.

Alors que les pays occidentaux étaient les principaux acheteurs de brut produit par les pays arabes à l’époque, l’Asie est aujourd’hui le principal acheteur de brut de l’OPEP.

Incidents passés

* Pendant la guerre Iran-Irak de 1980-1988, les deux parties ont cherché à perturber les exportations de pétrole de l’autre dans le cadre de ce que l’on a appelé la guerre des pétroliers.

* En juillet1988, le navire de guerre américain Vincennes a abattu un avion de ligne iranien, tuant les 290 personnes à bord, ce que Washington a qualifié d’accident et Téhéran d’attaque délibérée.

* Début 2008, les États-Unis ont déclaré que des navires iraniens avaient menacé 3 navires de la marine américaine dans le détroit.

* En juillet2010, le pétrolier japonais M Star a été attaqué dans le détroit par un groupe militant, les Brigades Abdullah Azzam, liées à Al-Qaïda, qui en ont revendiqué la responsabilité.

* En janvier 2012, l’Iran a menacé de bloquer le détroit en représailles aux sanctions américaines et européennes qui visaient ses revenus pétroliers dans le but d’arrêter le programme nucléaire de Téhéran.

* En mai 2015, des navires iraniens ont saisi un porte-conteneurs dans le détroit et tiré des coups de feu sur un pétrolier battant pavillon de Singapour qui, selon eux, avait endommagé une plateforme pétrolière iranienne.

* En juillet 2018, le président Hassan Rouhani a laissé entendre que l’Iran pourrait interrompre le commerce du pétrole par le détroit en réponse aux appels des États-Unis à réduire à zéro les exportations de pétrole iranien.

* En mai 2019, 4 navires– dont deux pétroliers saoudiens – ont été attaqués au large des côtes des Émiratsarabes unis, près de Fujairah, l’une des plus grandes plateformes de soutage au monde, juste à l’extérieur du détroit d’Ormuz.

* En janvier 2021, l’Iran a saisi un pétrolier battant pavillon sud-coréen dans les eaux du Golfe et détenu son équipage.

* En décembre2022, l’armée américaine a déclaré qu’un bateau de la marine du Corps des gardiens de la révolution islamique s’était approché à moins de 150 mètres des navires de guerre américains dans le détroit.

* En mai 2023, l’Iran a saisi deux pétroliers qui traversaient le détroit.

* En juillet 2023, la marine américaine a déclaré qu’elle était intervenue pour empêcher l’Iran de saisir deux pétroliers commerciaux dans le golfe d’Oman. Un communiqué de la marine a déclaré que depuis 2021, l’Iran avait « harcelé, attaqué ou saisi près de 20 navires marchands battant pavillon international ».

Source : Energy Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *