21/02/2024
ACTUENERGIE

Le Brent à plus de 78 dollars

Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, poussés par les tensions au Moyen-Orient et les craintes d’une escalade qui pourrait provoquer des ruptures d’approvisionnement, malgré la publication de données pétrolières baissières la veille aux Etats-Unis. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en mars, prenait 0,57%, à 78,03 dollars alors que équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en février, montait de 0,78%, à 72,75 dollars.
Le pétrole est en passe de terminer sa première semaine de l’année en progression, poussé par « les tensions géopolitiques de plus en plus vives qui alimentant les craintes pour l’offre », explique l’analyste  Han Tan.  « Le marché continue de se concentrer sur la situation au Moyen-Orient et sur les problèmes liés au trafic maritime dans la mer Rouge », précisent-t-on. La veille, les cours du brut avaient momentanément baissé après la publication des données hebdomadaires sur les réserves commerciales de pétrole aux Etats-Unis par l’Agence américaine d’information sur l’énergie
(EIA).  Durant la semaine achevée le 29 décembre, les stocks ont diminué  de 5,5 millions de barils, mais ceux d’essence ont gonflé de 10,9 millions de barils. La demande d’essence a quant à elle diminué de 1,2 million de barils par jour à 7,9 millions de barils par jour. Celle de fioul a même reculé davantage. « Bien que l’EIA ait fait état d’une baisse considérable (…) des stocks de pétrole brut », l’augmentation des stocks d’essence a suffi à faire baisser les prix, note encore les analystes.
Mais rapidement, « l’attention s’est à nouveau portée sur les événements au
Moyen-Orient », concluent-t-on.

R E.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *