21/02/2024
ACTUALITEINDUSTRIE

Le textile algérien à la conquête de l’Afrique

Le Groupe Textiles et Cuirs (GEXTEX) se prépare à se placer sur le marché africain. De nouvelles usines seront réalisées dans les wilayas du Sud du pays. L’annonce a été faite, mercredi à Alger, par le Président-Directeur général (P-dg), Taoufik Berkani.

À travers ce nouveau déploiement, le groupe public compte se positionner et pénétrer les marchés africains via les zones de libre-échange. «L’implantation de ces nouvelles unités de production contribuera à la réduction des coûts de production surtout avec la proximité de plusieurs pays qui disposent de grandes richesses des matières premières»,  a-t-il expliqué dans une déclaration à la radio nationale. Et d’ajouter : «Getex compte également se repositionner sur le marché national en plus du développement des exportations vers les pays africains».

Le premier manager du Holding a révélé que le Groupe, après avoir consolidé le segment institutionnel, s’efforce de reconquérir le marché national du «grand public » par la mise à disposition, au profit des consommateurs algériens, de produits de qualité qui répondent à leurs besoins et aux tendances de la mode et surtout à des prix accessibles.

La seconde phase consiste en la conquête des marchés internationaux, notamment africains dans le cadre de la Zlecaf. D’autant que le secteur du cuir en Algérie est l’un des segments «fiables» de l’économie nationale.

Preuve en est, le Holding « a contracté plusieurs accords avec des PME et startups à même de permettre aux jeunes porteurs de projets de s’intégrer dans le processus de production, conformément aux instructions président de la République », visant « à réaliser la relance économique durable ».

Dans ce contexte, Taoufik Berkani a mis en avant la problématique de la disponibilité de la matière première importée en dépit des capacités de production nationales, qu’il appelle « à une exploitation optimale », notamment à travers «la valorisation des peaux de sacrifices et de fêtes pour réduire la facture des importations ». 

Il a révélé que des projets d’investissement importants sont annoncés par le gouvernement pour réduire la facture d’importation des intrants nécessaires pour l’industrie textile et cuir. Des projets en partenariats seront concrétisés dans la pétrochimie pour la production de polypropylène et la résine. Deux matériaux nécessaires pour la fabrication de matière non tissée. Il y a également un autre projet pour la culture du coton. « Nous sommes à la recherche de la plante qui peut résister aux conditions climatiques de notre pays», note-t-il.

C’est à travers ces projets que  « nous allons développer notre industrie et réduire la facture des importations», indique-t-il, en annonçant qu’un vaste programme pour la formation de ressource humaine est lancé par le Groupe public.

Concernant la participation du Holding aux Salons et manifestations économiques et commerciaux internationaux, notamment en Afrique, Toufik Berkani a noté que « le bilan de 2023 est excellent par rapport à l’année dernière », d’autant, ajoute-t-il, que « la participation à des expositions comme au Sénégal, Afrique du Sud, Nouakchott et autres pays a permis Getex de faire un bond en avant en terme de visibilité». 

Abordant le partenariat avec l’entreprise algéro-turque Tayal à Relizane, spécialisée dans le textile, Toufik Bderkani a indiqué que « ce partenariat intégré commence à donner ses fruits puisqu’il a permis d’exporter pour plus d’un milliard de dinars à l’étranger en 2023, en plus d’avoir conclu 7 accords de partenariats mondiaux ».  Quant au partenariat algéro-italien, le P-DG de Getex explique qu’il est lié à la formation et à l’échange de technologies, notamment dans le domaine de la qualité ».

Concernant les réalisations du secteur public en 2023, le responsable affirme que la Société Holding des textiles et Cuirs (GETEX) a réalisé un chiffre d’affaires de 26 milliards de DA en 2023, soit une croissance de 17% par rapport à 2022 et de 47% par rapport à 2021.  Dans le détail, 10 milliards de DA réalisés par le Groupe algéro-turc Tayal et 15 milliards autres par GETEX. Pour les prévisions de 2024, Toufik Berkani assure que «GETEX compte maintenir cette dynamique de croissance afin de renforcer sa position sur le marché local et d’aller à la conquête des parts sur le marché à l’international, notamment en Afrique».  En effet, le Groupe table sur la réalisation de 28 milliards de DA en 2024, soit une hausse de 7% par rapport à l’année précédente. À l’export, GETEX ambitionne d’améliorer ses résultats en passant de 13% en 2023 à 20% en courant de 2024.

Afin d’atteindre ses objectifs, les responsables du GETEX avec l’appui de la tutelle ont mis en place toute une stratégie. Une stratégie qui s’articule sur la formation du personnel, l’investissement  dans la production de la matière première et le marketing. D’ailleurs, une large campagne de communication sera lancée incessamment par la société pour la promotion du produit «made in algeria».

Par Sirine R

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *