21/02/2024
ACTUALITENATIONAL

L’Algérie rejoint l’Initiative du commerce guidé de la Zlecaf

Une nouvelle opportunité pour les exportateurs 

Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni, a annoncé, hier à Alger, l’adhésion officielle de l’Algérie à l’initiative de commerce guidé, dans le cadre de la concrétisation effective de l’accord de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Par Sirine R

En vertu de cette adhésion, les opérateurs économiques peuvent effectuer des échanges commerciaux avec leurs homologues des pays partenaires de l’initiative sans contraintes douanières, conformément à l’accord de la « ZLECAf »,  a affirmé M. Zitouni dans une allocution prononcée lors des travaux du forum économique sur « l’initiative de commerce guidé » dans le cadre de la ZLECAf », en présence du Secrétaire général de la zone, Wamkele Mene.

Le ministre Zitouni a appelé les opérateurs économiques algériens à tirer profit dès aujourd’hui des avantages accordés dans le cadre des échanges commerciaux avec les pays ayant adhéré à cette initiative, afin de promouvoir les exportations algériennes hors hydrocarbures et de concrétiser les objectifs de l’accord de la ZLECAf visant à augmenter de manière significative le volume des échanges commerciaux entre les pays africains. Actuellement, déplore le ministre, les échanges commerciaux sont encore loin de refléter «nos aspirations» soulignant que « les études économiques ont montré que le taux du commerce intra-africain ne dépasse pas 15%, l’équivalant de 2% du commerce mondial, soit le taux le plus faible comparativement aux autres régions économiques du monde.

Cependant, le ministre a ajouté que « les études estiment que les échanges commerciaux intra-africain devraient atteindre les 35 milliards de dollars américains. Cela équivaut à un taux de croissance estimé à 35% du taux du commerce intra-africain ».

Le ministre a, en outre, indiqué que «L’Algérie a tous les capacités et expertises pour accéder à ces marchés», dira le ministre.  Plusieurs projets et décisions ont été prises par le gouvernement afin de faciliter et de promouvoir les opérations de l’exportation surtout vers les pays de l’Afrique. Le ministre Zitouni a énuméré l’achèvement de la route transsaharienne, la réalisation d’une nouvelle route de plus de 900 km entre Tindouf-Zouérate (Mauritanie) considérée de stratégique donnant l’accès aux produits algériens aux marchés de l’Afrique de l’Ouest (CEDAO), des lignes aériens et maritimes.

Il a rappelé également l’ouverture de foires permanentes au niveau de la Mauritanie et Sénégal et prochainement dans la Niger et Cote d’Ivoire, indique le ministre, en faisant savoir également que des banques ont été ouvertes dans certains pays africain (Mauritanie et Sénégal) et d’autres se poursuivront dans les mois à venir.  L’autre mesure qui devrait contribuer à l’augmentation des échanges interafricains, le ministre a cité l’ouverture du commerce du troc avec le Mali et le Niger en 2024 et le lancement également de trois zones franches aux niveaux de Tamanrasset, Illizi et Tindouf.

Grâce à tous ces efforts, toutes les entraves et contraintes à l’export ont été remédiées,  indique le ministre, en appelant les opérateurs économiques et entreprises algériens  pour tirer profit de cet espace commercial interafricain.  « J’appelle le patronat et les entreprises publiques et privées pour se lancer dans des échanges économiques dans le cadre de cette initiative du Commerce guidé. Ceci nous permettra d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement, à savoir la réalisation de 30 milliards de dollars d’exportations hors hydrocarbures en 2030», souligne-t-il.

Zitouni a dans son discours à l’ouverture du Forum économique a expliqué que la «la tenue du Forum économique sur l’Initiative du commerce guidé reflète le grand intérêt manifesté par l’Algérie pour la réalisation de l’intégration continentale qui constitue l’une des priorités africaines les plus importantes de l’Algérie ».

L’initiative de commerce guidé (GTI) a été lancée à Accra, au Ghana, le 7 octobre et vise à permettre des échanges commerciaux significatifs et à tester l’environnement opérationnel, institutionnel, juridique et de politique commerciale dans le cadre de la ZLECAf.

Lors d’une rencontre avec le Secrétaire général (SG) de la Zone de libre échange continentale africaine « ZLECAF » M. Wamkele, le ministre a souligné que «les listes spécifiques des positions tarifaires soumises au démantèlement tarifaire dans le cadre de la ZLECAf sont fin prêtes, après leur élaboration avec tous les secteurs concernés en Algérie, dans le cadre de l’accélération de cet espace continental, conformément aux instructions du président de la République visant à encourager le commerce intra-africain».

De son côté, M. Wamkele Mene a salué «les efforts de l’Algérie au cours des quatre dernières années, soutenus par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, pour l’accélération des procédures de la ZLECAf, par l’adhésion de l’Algérie aux initiatives africaines et son ouverture sur le marché africain à travers des banques et des showrooms permanents des produits algériens en Mauritanie et au Sénégal, outre l’ouverture de lignes  aériennes et maritimes vers plusieurs capitales du continent».

Il convient de noter que l’initiative de commerce guidé a été lancée lors de la 10e réunion du Conseil des ministres de la ZLECAf, tenue le 7 octobre 2022 à Accra (Ghana).

Cette initiative vise à tester l’environnement opérationnel, institutionnel et juridique de la mise en œuvre de l’accord de la ZLECAf, à travers le lancement effectif des échanges commerciaux conformément aux avantages préférentiels prévus dans l’accord portant création de la zone, entre les Etats parties ayant rempli les conditions minimales pour entamer ces échanges.

Les pays ayant adhéré à cette initiative à ce jour sont la Tunisie, l’Egypte, le Kenya, le Ghana, le Cameroun, le Rwanda, l’Ile Maurice et la Tanzanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *