21/02/2024
AFRIQUE

L’effondrement de l’économie égyptienne

De nombreuses personnes ont emprunté la route risquée de l’immigration

Waleed el-Degwy a constaté que ses compétences en plomberie ne lui permettaient plus de subvenir aux besoins de sa famille dans la région du delta du Nil, au nord de l’Égypte. Il a donc traversé la frontière pour se rendre en Libye, où il a embarqué à bord d’un vieux chalutier surchargé à destination de l’Europe.

En juin, à quelques kilomètres des côtes grecques, le chalutier a coulé, noyant des centaines de personnes à bord, dont des Égyptiens qui sont de plus en plus nombreux à faire la traversée depuis que l’économie égyptienne s’est effondrée. Quelques personnes ont survécu, mais M. Degwy fait partie des nombreux passagers qui ont disparu sans laisser de traces.

« Il n’était pas en mesure de subvenir aux besoins de ses enfants, il était endetté », a déclaré à Reuters le père du jeune homme de 32 ans, Mohamed el-Degwy, dans son village de Mit Suhayl, où des maisons en briques rouges mal construites empiètent sur les champs environnants.

Le plombier n’était pas seul. « Les jeunes hommes ont fui », a déclaré son père, ajoutant qu’ils s’encourageaient mutuellement à faire le voyage à la recherche d’un travail mieux rémunéré, afin d’éviter les « prix plus élevés chaque jour » dans leur pays.

De plus en plus d’Égyptiens se rendent à l’étranger dans l’espoir de trouver un emploi, alors que l’inflation atteint des sommets, que la monnaie s’effondre, que le chômage augmente et que le gouvernement, criblé de dettes, restreint ses dépenses.

Plus de 8 000 des personnes arrivant par bateau en Italie – la destination prévue du chalutier sur lequel Waleed el-Degwy a voyagé et l’objectif de nombreux navires – ont déclaré qu’elles étaient égyptiennes depuis le début de l’année, selon les données du ministère italien de l’intérieur.

En 2022, ce chiffre s’élevait à 20 542, soit plus que toute autre nationalité atteignant l’Italie cette année-là. Ces chiffres sont à comparer à seulement 1 264 en 2020. Le ministère italien a déclaré que les demandes d’asile émanant d’Égyptiens avaient également augmenté.

L’augmentation du nombre de personnes quittant l’Égypte ces dernières années coïncide avec la détérioration de l’économie égyptienne. La pandémie a frappé l’industrie touristique, vitale pour l’Égypte, et la guerre en Ukraine a rendu les investisseurs plus réticents à prendre des risques, les éloignant des marchés égyptiens. Les économistes affirment que l’Égypte a également souffert d’une augmentation de la dette causée par les dépenses importantes de l’État pour des mégaprojets, y compris la construction d’une nouvelle capitale.

Minibus pour la Libye

Depuis 2016, les autorités égyptiennes ont largement empêché les bateaux de migrants de quitter la côte nord de l’Égypte. Mais ceux qui cherchent à partir ont trouvé d’autres itinéraires.

Les parents des migrants – que l’on trouve facilement dans les villes et villages du nord comme Mit Suhayl – ont déclaré que ceux qui cherchent à partir se dirigent maintenant vers la Libye voisine, un producteur de pétrole qui était autrefois une destination privilégiée pour le travail, mais qui n’offre plus le même attrait en tant que lieu de séjour après une décennie de conflit.

Le chaos qui règne en Libye depuis le soulèvement de 2011 qui a renversé l’autocrate Mouammar Kadhafi a toutefois permis au trafic de migrants de prospérer. Aujourd’hui, davantage de bateaux de migrants partent de l’est de la Libye, près de l’Égypte, que de l’ouest de ce pays divisé.

Des minibus parcourent la route jusqu’à la frontière libyenne pour récupérer les candidats à l’émigration. En général, c’est aux familles restées sur place qu’il revient de payer la facture de 4 540 dollars pour le voyage vers l’Europe, en remettant l’argent une fois que le migrant a franchi la frontière égyptienne.

« Vous prenez simplement la voiture et vous allez en Libye, où vous serez très bien reçu. Mais une fois l’argent versé, le traitement change », explique Adel Ghannam, 25 ans, charpentier à Mit Suhayl, dont le frère de 19 ans a lui aussi embarqué sur le chalutier qui a coulé en juin.

Son frère, Mohamed, gagnait chichement sa vie dans une pâtisserie et apprenait à réparer des téléphones portables. Mais il a décidé de suivre trois de ses cousins qui avaient réussi à rejoindre l’Italie.

Des pays en crise

Le président Abdel Fattah al-Sisi et d’autres responsables égyptiens affirment que l’Égypte fait ce qu’elle peut pour arrêter le flux de migrants. Mais ils affirment que c’est difficile étant donné que les ressources de l’Égypte sont mises à rude épreuve par l’accueil de millions d’étrangers, dont plus de 300 000 personnes qui ont fui la guerre au Soudan depuis le mois d’avril.

Naela Gabr, responsable de l’organisme gouvernemental égyptien chargé de la lutte contre l’immigration clandestine, a déclaré que les difficultés économiques au Moyen-Orient poussaient de plus en plus de personnes à entreprendre ce voyage risqué.

Interrogée sur le nombre croissant de personnes quittant l’Égypte à destination de l’Europe, elle a déclaré : « Nous sommes entourés de pays en crise […]. C’est une bonne chose que les chiffres ne soient pas plus élevés ».

L’Union européenne a financé le contrôle des frontières en Égypte, estimant que le manque d’opportunités économiques et le changement climatique dans ce pays de 104 millions d’habitants, en grande partie désertique, font que le flux de migrants risque d’augmenter à long terme.

Lorsque Mostafa Abdel Salam, 19 ans, est parti de chez lui, au bord du delta du Nil, il a dit à sa famille qu’il chercherait du travail en Libye. Mais il a également rejoint ceux qui tentaient de traverser la mer.

« Il a fait ce voyage à cause des difficultés, il ne trouvait pas de travail du tout », a déclaré sa sœur, Hala, dont le frère se trouvait également sur le chalutier qui a coulé au large des côtes grecques et dont on n’a pas retrouvé la trace.

« Ce que nous vivons n’est pas une vie digne de ce nom », a-t-elle déclaré. « Les gens meurent à petit feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *