16/04/2024
INTERNATIONALACTUALITE

Selon l’OMS: « forte hausse » des décès de nouveau-nés à Ghaza

La mortalité des nouveaux-nés est « en forte hausse » à Ghaza, les bébés naissant en sous-poids, a indiqué mardi l’OMS, qui se base sur les témoignages de médecins sur place.

« Différents médecins, en particulier dans les maternités, rapportent qu’ils constatent une forte hausse du nombre d’enfants nés avec un faible poids à la naissance et qu’ils ne survivent tout simplement pas à la période néonatale parce qu’ils sont nés trop petits », a indiqué Margaret Harris, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors du point de presse régulier de l’ONU à Genève.

« L’hôpital pédiatrique Kamal Adwan, où arrivent chaque jour au moins 15 enfants mal-nourris est particulièrement important, et les besoins deviennent de plus en plus criants », a-t-elle indiqué.

Toutefois, l’OMS n’est pas en mesure d’établir des statistiques précises en raison de la dévastation dans le territoire palestinien après six mois de violences.

Elle a aussi donné l’exemple d’un centre de stabilisation installé la semaine dernière, où « les patients hospitalisés sont généralement des enfants qui souffrent de maladies et de malnutrition car, comme vous le savez, si vous souffrez d’une maladie sous-jacente, la malnutrition vous tuera beaucoup plus rapidement ».

Elle est aussi revenue sur l’hôpital al-Chifa, dans la ville de Ghaza, qui était le plus important de tout le territoire et qui a été le théâtre depuis la mi-mars d’une intense opération militaire de l’armée sioniste.

« Il n’est plus en mesure de fonctionner comme un hôpital sous quelque forme que ce soit, a affirmé la porte-parole.

« Le complexe hospitalier al-Chifa a disparu à jamais », a lancé le directeur par intérim de l’hôpital, dans une vidéo réalisée sur place et diffusée par l’OMS.

« Détruire al-Chifa signifie arracher le cœur du système de santé » de Ghaza, a insisté Margaret Harris, soulignant que c’était un immense hôpital de 750 lits, 25 salles d’opération et 30 salles de soins intensifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *